Partager cet article

Les drôles de marathons de New York de Jérôme Cahuzac

Jérôme Cahuzac, le 29 mai 2012. LIONEL BONAVENTURE/AFP.

Jérôme Cahuzac, le 29 mai 2012. LIONEL BONAVENTURE/AFP.

L'ancien ministre du Budget a-t-il vraiment couru deux fois l'épreuve en 3h22? La question agite et amuse la communauté des runners.

Jérôme Cahuzac a menti sur son compte en Suisse, sur son compte à Singapour et sur son chien Bucky, mais a-t-il aussi menti sur ses performances au marathon? La question a agité et amusé, ces dernières années, la communauté des runners.

L'ancien ministre du Budget prometteur devenu le «paria» de la gauche, dont le procès reprendra en septembre après avoir été suspendu mercredi 10 février, est un «grand sportif», comme on peut le lire dans la plupart des portraits qui lui sont consacrés depuis quatre ans. Skieur de haut vol, cycliste confirmé et «boxeur invétéré», il peut nager «1.200 mètres en vingt minutes», a l'habitude de «soumettre son corps aux disciplines sportives les plus rigoureuses» et «multiplie les ascensions des cols du Tour de France», dont le Mont Ventoux. L'AFP nous apprend même qu'il a bouclé deux marathons. Et c'est ça qui nous intéresse.


Car ces deux marathons, à en croire la presse, Cahuzac ne les a pas bouclés à n'importe quel rythme. Selon le JDD, il l'a fait dans un temps canon…

New York en 3 heures 22 minutes! Deux fois dans la même minute: incroyable! Un temps particulièrement remarquable, surtout sur un tracé aussi dur. C'est par exemple onze minutes de mieux que le record de Yannick Noah, qui l'a couru cinq fois. Le journaliste du JDD qui a écrit ce confidentiel, un marathonien averti, se souvient très bien que Jérôme Cahuzac lui a glissé cette confidence lui-même, au ministère, «du temps de sa splendeur et de ses mensonges».

Naturellement, cette info choc avait vite été commentée sur Twitter à l'époque:

Mais, attention, car Le Figaro allait carrément plus loin.

Non seulement Cahuzac, qui aura 64 ans en juin, a réalisé un chrono incroyable à New York mais en plus il avait «près de 60 ans» quand il a réalisé cet exploit. Mais là, le Figaro se trompe (contactée, la journaliste qui a écrit ce portrait ne se souvient de rien et nous envoie balader gentiment). D’abord, ce serait une performance quasi-bionique de boucler plus de 42 km en 3h22 à près de 60 ans. Ensuite, si cette performance a été accomplie à New York, les archives des résultats de l'épreuve n’en affichent aucune trace dans les années 2010, quand Cahuzac a «près de 60 ans».

Mais, même plus jeune, Jérôme Cahuzac a-t-il couru le marathon de New York en 03h22 minutes? Les archives du marathon nous disent tout autre chose.

Jérôme Cahuzac a bien bouclé deux marathons de New York, en 1987 et en 1989, quand il avait 35 et 37 ans. En quel temps? En 3h49 et en 4h02.

Jérôme Cahuzac (à droite), le 18 novembre 1988. À 36 ans, il est alors conseiller du ministre de la Santé, Claude Évin (à gauche). PIERRE GUILLAUD/AFP.

Mais en 1987 comme en 1989, c'est le gun time qui est pris en compte et non le temps effectif (net time, pris pour chaque coureur au passage de la ligne à l'aide d'une puce individuelle) et, dans les courses où il y a beaucoup de coureurs au départ et donc un peu d'engorgement, il peut y avoir quelques minutes de différence entre ces deux temps. Jérôme Cahuzac a-t-il mis près d’une demie-heure à passer la ligne de départ ou a-t-il menti? Peut-il y avoir 27 minutes (en 1987) ou 40 minutes (en 1989) de différence entre le gun time et le temps réel ? La question agite les forums de coureurs, comme courseapied.net, qui adorent phosphorer sur les performances de nos politiques (par exemple sur le marathon en moins de 3 heures de Dominique de Villepin).

Contactée, l’organisation du marathon ne peut rien de plus pour nous.

Et si on se fiait à ceux qui ont couru le marathon ces années là… En 1989, parmi les autres Français qui courent le marathon de New York, on trouve Philippe Leonelli, le maire actuel de la commune de Cavalaire (Var). C'est un habitué du marathon de New York, qu'il a couru une dizaine de fois dont une fois en 3h14. On lui a posé la question: en 1989, Cahuzac a-t-il pu mettre 40 minutes pour passer la ligne de départ? «Impossible. C'est totalement impossible», répond-il sans hésiter. «Cette année là, j'ai passé la ligne trois minutes après le coup de feu. J'avais des copains beaucoup plus loin derrière et je pense que le dernier coureur l'a passée avec dix minutes de retard», dit-il. «Vous savez, ces petits mensonges, c'est un classique chez les marathoniens, surtout à cette époque là», quand la technologie ne permettait pas de mesurer le temps réel des coureurs, ajoute ce vieux briscard des «42k».  

Il y avait 22.500 participants en 1987 et près de 25.000 en 1989. Deux fois moins qu’aujourd’hui. Or, à cette époque, le départ se donnait déjà à Staten Island, sur des voies rapides ultra-larges, peu propices à l’engorgement. Du reste, en se baladant sur le web américain, on se rend compte qu'il n'y a jamais plus de quelques minutes d'écart entre le temps réel des finishers de ces années et leur gun time. En 1987, par exemple, il n'y aucun écart entre le temps effectif d'un certain Francesco Capra...

... et son gun time tel qu'il apparait dans les archives de résultat.

Pareil pour Tish Hamilton en 1989.

Dans son livre paru il y a quelques jours, Code Birdie: les derniers secrets de Cahuzac (Flammarion), Mathieu Delahousse ne s'étend pas sur la question et tranche pour le temps officiel.


Alors? Seul Jérôme Cahuzac a la réponse –contacté, l'ancien ministre n'a pas souhaité répondre aux questions de Slate.fr. Mais la communauté des runners a un petit peu plus que des doutes.

Il ne serait en tous cas pas le premier à enjoliver ses performances au marathon. Aux Etats-Unis, l’actuel speaker (président) de la Chambre des représentants, le Républicain Paul Ryan, candidat à la vice-présidence en 2012, avait aussi été pris la main dans le pot de confiture. Il avait juré qu'il courait le marathon «en moins de trois heures», mais les journalistes avait retrouvé son temps: 4h01. Une allure moyenne pas très bling-bling.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte