Parents & enfants / Monde

Vous rêviez de la fourchette qui refroidit les aliments dans l’assiette? Des enfants l’ont fait

Temps de lecture : 2 min

Le designer Dominic Wilcox a demandé à quelques adultes et enfants de Sunderland et South Tyneside, au Royaume-Uni, de dessiner les inventions dont ils rêvent. Avant d'en faire des prototypes.

Images: Inventors Project
Images: Inventors Project

Quand j’étais enfant, et que j’avais une petite faim en plein nuit, je me disais que c’était dommage quand même que personne n’ait encore inventé de frigo télécommandé et monté sur roulettes qui viendrait livrer son contenu directement au pied du lit.

L’imagination des enfants étant fertile, nul doute que beaucoup de jeunes esprits ont, au moins mentalement, mis au point des inventions censées nous faciliter la vie. Ou la rendre plus amusante.

C’est en partant de ce postulat que le designer Dominic Wilcox a suggeré à 450 enfants et quelques adultes de Sunderland et South Tyneside, au Royaume-Uni, de dessiner les inventions dont ils rêvent. Après avoir sélectionné certaines de leurs productions, et en collaboration avec The Cultural Springs, un programme artistique et culturel de la région, Wilcox a alors lancé «The inventors project».

«Plutôt que de coller les dessins des enfants sur la porte du frigo comment le font la plupart des adultes, pourquoi ne pas les aider à developper leurs idées le plus loin possible», ont-il plaidé.

Les dessins des 60 finalistes ont ainsi été soumis à des manufactures locales qui ont alors réalisé des prototypes ou des dessins 3D à partir des inventions dessinées.

C’est comme ça qu’a, par exemple, était mise au point une fourchette qui refroidit les aliments trop chauds, directement dans l’assiette.

Une brosse-dents munie d’un distributeur de dentifrice intégré.

Un hameçon à chips qui permet de faire remonter les Pringles sans avoir à se coincer la main dans le tube pour les pêcher, pensé par Georgia, 11 ans.

Mais certaines des inventions relèvent quasiment de projet d’urbanisme à l’image du réceptacle à feuilles mortes, imaginé par Elise Ronald, exaspérée par la nature «parfois si désordonnée» .

Certaines de ces inventions confinent même au génie, comme cette lampe de chevet pensée par Layla, 11 ans, et munie de mini-stores vénitiens qui permet d’obtenir la luminisoté souhaitée.

C’est aussi au confort domestique qu’a pensé Sally en imaginant des pantoufles montées sur des mini-oreillers pour amortir le son désagréable du parquet qui couine sous les pas.

Slate.fr

Newsletters

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

En théorie, elles sont plus sexy que les leçons de grammaire. En pratique, parfois beaucoup moins.

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

Pour les «childfree» qui invoquent des raisons d'ordre psychologique, c'est la double peine: aux injonctions de procréer s'ajoute le tabou des troubles mentaux.

Dépenser pour travailler, le lot commun des profs

Dépenser pour travailler, le lot commun des profs

Afin de fournir à leurs élèves du matériel pédagogique, les membres du personnel enseignant avancent leurs propres deniers.

Newsletters