Monde

Primaire républicaine: qui pour battre Donald Trump après sa victoire dans le New Hampshire?

Temps de lecture : 2 min

Le candidat a remporté mardi 9 février 35% des voix. Il est donné largement favori du prochain vote en Caroline du Sud.

Donald Trump, le 9 février 2016. JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.
Donald Trump, le 9 février 2016. JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

Après la victoire de Donald Trump lors de la primaire républicaine du New Hampshire, où le milliardaire new-yorkais a remporté 35% des voix, il commence à devenir plus difficile de voir comment arrêter son ascension.

La semaine dernière, la deuxième position de Trump aux caucus de l'Iowa, avec 24% des voix, était malgré tout une performance impressionnante, et pour la prochaine primaire en Caroline du Sud, le candidat controversé est en tête des sondages avec seize points d'avance environ.

Comme le souligne Matthew Yglesias dans Vox, la campagne de Trump ne va pas s'évaporer d'elle-même: pour qu'il perde, encore faut-il que quelqu'un le batte. Et c'est là que les choses se compliquent: pour l'instant, aucun candidat de l'establishment républicain n'a émergé comme rival sérieux. Marco Rubio, qui avait fait une bonne performance dans l'Iowa (troisième avec 23% des voix), n'a obtenu que 10,5% dans le New Hampshire. Le sénateur texan Ted Cruz, qui a gagné dans l'Iowa et fait 11% dans le New Hampshire, n'est pas considéré comme une alternative acceptable par le parti, et John Kasich, qui est arrivé second dans le New Hampshire, est environ à 4% dans les sondages nationaux. Même chose pour Jeb Bush, arrivé quatrième dans le New Hampshire avec 11%, mais aussi à 4% nationalement. Cet éclatement permet à Trump de dominer.

L'autre avantage sur lequel Trump pourra compter dans les mois à venir est son omniprésence dans les médias, particulièrement à la télévision. Comme le souligne Josh Voorhees dans Slate.com, la victoire du milliardaire dans le New Hampshire va donner une aura de légitimité à sa campagne, d'autant plus qu'en 2008 et 2012, les électeurs de cet Etat ont majoritairement soutenu les candidats qui ont ensuite gagné la nomination du parti républicain, John McCain et Mitt Romney.

Newsletters

La France ne veut pas de ses djihadistes, la Turquie non plus

La France ne veut pas de ses djihadistes, la Turquie non plus

Les extrader sert la rhétorique anti-occidentale du président turc pour gagner du crédit auprès de l'opinion publique de son pays.

Si vous êtes assez riche, vous pouvez vous acheter une nationalité

Si vous êtes assez riche, vous pouvez vous acheter une nationalité

Une vente de «passeports dorés» s’est tenue à Londres cette semaine.

Un mystère de l'Égypte antique s'épaissit encore

Un mystère de l'Égypte antique s'épaissit encore

D’où provenaient les millions d’ibis placés en offrandes dans les tombes égyptiennes?

Newsletters