Gagnant dans le New Hampshire, Sanders force Clinton à virer à gauche

Bernie Sanders, le 9 février 2016. SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

Bernie Sanders, le 9 février 2016. SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

Après avoir fait jeu égal avec sa rivale dans l'Iowa, Bernie Sanders a marqué des points ce mardi 9 février, mais la route est encore longue.

Le sénateur du Vermont Bernie Sanders a recueilli près de 60% des voix lors de la primaire du New Hampshire, mardi 9 février, devançant largement sa rivale Hillary Clinton. Sanders était depuis plusieurs semaines le grand favori dans cet État de Nouvelle-Angleterre, mais il revient de loin: au printemps 2015, Clinton l'écrasait dans les sondages.

Après son score impressionnant dans l'Iowa, où il est arrivé quasiment ex-aequo face à l'ancienne secrétaire d'État, il devient clair que le candidat socialiste constitue un rival sérieux dont les idées, très à gauche pour une campagne américaine, séduisent un nombre croissant d'électeurs. Lors de son discours de victoire, Sanders a déclaré: 

«Nous devons dire aux milliardaires et aux 1% qu'ils ne peuvent pas tout avoir. Les gens les plus riches et les plus grandes entreprises du pays vont commencer à payer leur juste part d'impôts.»

Quant à Hillary Clinton, elle a prononcé un discours de défaite dans lequel elle a évoqué plusieurs points sur lesquels elle était en accord avec le sénateur, signe de l'influence idéologique croissante de celui-ci:

«Le sénateur Sanders et moi voulons que les financements secrets ne fassent plus partie du processus politique, a-t-elle dit. Nous sommes aussi d'accord sur le fait que Wall Street ne doit plus jamais être autorisé à menacer les gens de Main Street

Dans un tweet, le journaliste de The Nation John Nichols a résumé ainsi l'approche de la candidate: «Dans son discours de défaite, Hillary Clinton aborde des thèmes populistes, évoque ses points d'accord avec Bernie Sanders. Mais dit qu'elle peut faire changer les choses concrètement.»


Alors qu'en 2008, Hillary Clinton avait gagné dans le New Hampshire contre Barack Obama en partie grâce aux votes des hommes blancs des classes populaires, c'est Sanders qui les a séduits cette fois-ci, probablement car son discours répond mieux à leur colère et aussi parce qu'il est moins anti-armes à feu que sa rivale démocrate. 

Comme le rappelle Josh Voorhees dans Slate.com, il ne faut pas oublier que cet été, Sanders n'était pas encore vraiment considéré comme un candidat légitime à la nomination du parti démocrate. Sa victoire dans le New Hampshire change la donne.

Il s'agit d'un sucès importante pour lui, mais Hillary Clinton demeure la favorite pour obtenir la nomination du parti. Sanders est plus populaire dans les États où les électeurs démocrates sont majoritairement blancs, comme l'Iowa et le New Hampshire. Dans les États comme le Nevada et la Caroline du Sud, où auront également lieu des primaires en février, les électeurs latinos et afro-américains préfèrent largement Clinton, qui est en tête des sondages (quarante points d'avance en Caroline du Sud, par exemple). Même avantage pour Clinton dans les États du Sud, qui voteront lors du «Super Tuesday» le 1er mars. 

Partager cet article