Partager cet article

Laïcité: et si on raisonnait posément?

Le 11 janvier 2015 I JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Le 11 janvier 2015 I JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Les polémiques récentes autour de l'Observatoire de la laïcité s'attachent d'abord à des symboles. Dans un contexte particulièrement tendu autour de ces questions, il est peut-être temps de revenir aux débats de fond.

Mi-janvier, la charge du Premier ministre à l'encontre du président de l'Observatoire de la laïcité a attiré l’attention des médias sur les oppositions qui existent dans le monde laïque. Manuel Valls avait alors mis en cause Jean-Louis Bianco, principalement pour avoir joint sa signature en novembre dernier à un manifeste contre le terrorisme également soutenu par des associations musulmanes controversées. Le texte avait été initié par l'association, Coexister, qui prône le dialogue interreligieux.

Aujourd'hui, dans le monde laïque, les «excommunications» ont tendance à fleurir plus souvent parfois que dans l’Église catholique! C’est un signe de tension indéniable qui tient beaucoup au mouvement de réaffirmation des religions, particulièrement de l’islam, dans notre société, où, de fait, les religions ne structurent plus la vie d’une majorité de la population. Qui plus est, dans un contexte rendu dramatique par la guerre que mène Daech.

Une présidence politique

Évidemment, dans la polémique qui a eu lieu à propos de l’Observatoire de la laïcité, créé par décret par Jacques Chirac en 2008, mais installé formellement par François Hollande le 5 avril 2013, il faut faire la part des heurts des personnes, et d’associations. La présidence de ce jeune organisme a été (est?) un enjeu compte tenu de la place de la laïcité dans le débat national. Et son actuel président a été immédiatement en butte aux critiques de courants qui avaient établi une influence dominante sur l’ancienne organisation, le Haut Conseil à l’intégration, dissous pour faire place à l’Observatoire.

Ce dernier a été voulu par le gouvernement pluraliste, mêlant des parlementaires de gauche et de droite, des personnalités qualifiées d’horizons divers, des représentants des ministères concernés. Rattaché aux services du Premier ministre, pour faire un état des lieux de la laïcité en France, par la rédaction d’un rapport annuel à la disposition du gouvernement, l’Observatoire peut être saisi par le gouvernement pour lui donner des avis. Il peut également s’autosaisir selon les problèmes qui lui paraissent importants. La nomination d’une personnalité politique –et non d’un haut fonctionnaire– à sa tête rend plus difficile une éventuelle non-participation au débat public quand celui-ci est sollicité par la presse. Toute prise de position peut, alors, amener des divergences dans le climat actuel, quelle que soit la réponse donnée…

«L'Église libre dans un État libre»

Cela ne doit pas être oublié pour comprendre ce qui se passe à l’arrière-fond de la polémique. Mais le plus important est le fond. Le reproche qui est fait à Jean-Louis Bianco, et, par là-même, à l’Observatoire, avec la majorité de ses membres, est d’accepter trop «d’accommodements» dans l’application du principe de la laïcité. Et, même, lorsqu’on lit les textes du Comité Laïcité République, par exemple –ou tout simplement les articles de Marianne, de verser quasiment dans le multiculturalisme, et donc, de se trouver sur une pente communautariste…

Trois principes demeurent fondamentaux, et doivent être bien compris pour ce qu’ils sont: la liberté de conscience, la liberté des cultes dans les limites de l’ordre public, la neutralité de l’État

Ce n’est guère lire ses avis et ses publications, particulièrement, ses Guides de la laïcité pour les collectivités locales, les associations, les entreprises, etc. qui ont tous été rédigés en observant le droit strict de la laïcité. Mais, si les pièces officielles ne suffisent pas pour permettre une discussion «raisonnable», c’est qu’il y a une tension plus profonde.

Certes, le débat n’en est plus strictement le face-à-face de 1905, au moment de la loi de Séparation des Églises et de l’État, entre Aristide Briand et Jean Jaurès, défenseurs de la liberté de conscience et Émile Combes et Maurice Allard, partisans d’interdire aux religions de s’exprimer dans l’espace public. Seule une petite minorité des courants laïques raisonne encore ainsi. La grande majorité a fait sienne la philosophie de la loi de 1905, si bien exprimée par Aristide Briand, «l’Église libre dans un État libre», reprenant une formule de Victor Hugo. 

Une reformulation du débat

Au-delà de tout débat sur les traductions concrètes de la loi de 1905 dans la société actuelle, trois principes demeurent fondamentaux, et doivent être bien compris pour ce qu’ils sont: la liberté de conscience, la liberté des cultes dans les limites de l’ordre public, la neutralité de l’État. Cela rassemble (ou devrait rassembler) la plupart des défenseurs de la laïcité par-delà leurs sensibilités propres, plus accueillantes à la diversité de notre société ou plus soucieuses de son unité.

Les différences, cependant, et les oppositions d’interprétation et de comportements, viennent d’une reformulation du débat du début du XXe siècle, sur deux principes, soit la laïcité concerne essentiellement l’État –les actes et les services publics, au premier chef l’école–, soit elle veut tendre à laïciser la société elle-même. La présence de l’islam et sa difficulté culturelle à distinguer un exercice libre de la religion d’une emprise sur la société radicalisent cette opposition. On reconnaît là ce qui sous tend les controverses récentes sur le port du foulard dans les crèches privées, à l’université, dans l’accompagnement des sorties scolaires, etc.

Différencier trois espaces

Jean-Louis Bianco, et, encore une fois, la majorité des membres de l’Observatoire tiennent à ce qu’on fasse une claire distinction entre trois espaces, même s’il y a des difficultés concrètes qu’il faut alors examiner au cas par cas: l’espace privé où la liberté est totale, à partir du moment évidemment où la loi est respectée, l’espace public, qui inclut l’État, les services publics, les collectivités locales et les institutions scolaires (écoles, collèges, lycées), l’espace commun, enfin, qui est d’usage pour tous, comme la rue par exemple. Les règles de la laïcité ne peuvent pas s’appliquer de la même manière selon le type d’espace.

C’est ce que savaient les grands républicains, Aristide Briand, Jean Jaurès et Georges Clémenceau! Essayer de raisonner posément, j’allais dire en toute fraternité laïque, devrait pouvoir éviter de monter aux extrêmes pour rendre impossible un débat pourtant utile. À un moment où effectivement la société française a besoin de se rassembler, raisonner posément éviterait de dangereuses instrumentalisations politiques de l’idée laïque. Comme le disait récemment Michel Rocard: 

«Il y a une espèce de joie de vivre de beaucoup de gens à faire qu’on quitte la réalité et qu’on se bat sur des symboles. Les symboles, c’est très important, nous en vivons, nous y sommes accrochés, mais quand on quitte la réalité, on ne fait pas de bien au pays»!

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte