Égalités / Monde

La police religieuse saoudienne arrête une mascotte jugée indécente

Temps de lecture : 2 min

L'arrestation est largement moquée sur les réseaux sociaux du pays.

En Arabie saoudite, un homme déguisé en poupée qui faisait la promotion d'un magasin de bonbons a été arrêté par la police religieuse car son déguisement de mascotte contrevenait aux règles de modestie.

Cité par Vocativ, le site saoudien Sabq raconte que l'homme-mascotte a été interpellé par le Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice car son déguisement de princesse n'était pas conforme au code vestimentaire autorisé par la charia. La mascotte en question porte en effet une robe à manches courtes et a les cheveux découverts.

Sur Twitter, les Saoudiens se sont beaucoup moqués de cet incident sous le hashtag #PoliceReligieuseArrêteMascotte. Certains ont photoshoppé la mascotte pour la rendre conforme aux lois en vigueur dans le royaume:


De nombreux autres internautes ont accusé la police religieuse de rendre leur pays ridicule aux yeux du monde entier.

Une circulaire de la police diffusée sur Twitter, et citée par le site Global Voices, donne plus de détails sur l'incident:

«Nous avons parlé à l'homme (déguisé en poupée) et à son manager, et leur avons fait écrire une déclaration dans laquelle ils promettent de ne plus faire ça. Nous leur avons parlé d'Allah et leur avons dit que prétendre être une femme quand on est un homme contrevient à la loi islamique. Ils ont exprimé des remords et nous leur avons demandé d'aller au commissariat pour finir les formalités.»

Newsletters

Regarder du porno, c’est tromper?

Regarder du porno, c’est tromper?

Surprendre son conjoint en train de regarder un film à caractère pornographique peut susciter un sentiment de trahison pas toujours facile à dépasser. Pour des raisons aussi individuelles que sociales.

L'ado noire emprisonnée pour n'avoir pas rendu ses devoirs va être libérée

L'ado noire emprisonnée pour n'avoir pas rendu ses devoirs va être libérée

Grace va pouvoir retrouver sa mère après plus de deux mois de détention.

Aux États-Unis, les anti-avortement prennent les jeunes d'assaut sur les réseaux sociaux

Aux États-Unis, les anti-avortement prennent les jeunes d'assaut sur les réseaux sociaux

De TikTok à Instragram, tous les moyens sont bons.

Newsletters