Partager cet article

Savez-vous parler le loup?

Wolves at Wolf Park | Max Goldberg via Flickr CC License by

Wolves at Wolf Park | Max Goldberg via Flickr CC License by

Une étude britannique a décomposé les hurlements des loups en 21 modèles différents, s'apparentant à des dialectes.

L’organisation hiérarchique d’une meute de loups n'a plus vraiment de mystère pour les scientifiques. La manière dont ses membres communiquent, elle, reste pour le moins obscure. Des scientifiques du département de zoologie à l’université de Cambridge se sont donc penchés sur la manière dont les canidés «parlent».

Ils ont tout d’abord commencé par établir une base de données de 6.000 hurlements différents de loups, chiens sauvages et chacals, provenant d’Inde, Australie, Europe et des Etats-Unis. Les spécimens étudiés vivaient soit en liberté, soit en captivité. Les chercheurs ont ensuite réduit ce nombre de cris à 2.000, avant de les analyser par ordinateur.

«Plutôt que d’écouter les hurlements et de se dire “Celui-ci ressemble à ci et ça, nous voulions nous débarrasser de toute analyse subjective, explique le Dr. Arik Kershenbaum, auteur principal de l’étude, à MotherboardNous avons donc utilisé des techniques mathématiques, d’abord pour caractériser ces hurlements, et ensuite pour en tirer une représentation mathématique précise et objective.»

Ce passage à la moulinette des algorithmes leur a permis de distinguer 21 types de hurlements différents, selon leur ton et les modulations. Ces vingt-et-un modèles s’apparentent à des «dialectes», propres à chaque espèce selon la fréquence utilisée. Ainsi, le loup rouge a une «voix» plus aiguë et haut perchée, tandis que le loup gris a un hurlement beaucoup plus grave.

Les résultats de l’étude pourraient mener à une meilleure compréhension des loups, de leurs déplacements, et s’en servir pour améliorer la communication entre fermiers et animaux.

Expliquer le développement du langage humain

Les chercheurs évoquent également la possibilité de se servir de ces résultats pour étudier le développement du langage chez les humains, indique le Huffington Post. Les études sur les chimpanzés sont peu concluantes du fait de leur cris assez simples, rapporte le site de l’université de Cambridge.

«Les loups ne sont pas proches de nous sur un plan taxonomique, mais d’un point de vue écologique leur comportement dans une structure sociale est extrêmement proche de la nôtre. C’est pour ça que nous avons domestiqué les chiens: ils sont très proches de nous», explique Arik Kershenbaum.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte