Monde

Aux États-Unis, des opposants à l'avortement ont secrètement acheté une clinique pro-avortement

Temps de lecture : 2 min

Tout est fait pour décourager les femmes qui s'y rendent.

Un test de grossesse janineomg via Flickr CC License by
Un test de grossesse janineomg via Flickr CC License by

On connaissait la technique vicieuse des anti-avortement qui consiste à faire remonter leurs sites internet en tête des recherches Google. Des militants américains viennent d'atteindre un tout autre niveau. Le Washington Post rapporte qu'en Virginie du Nord, aux États-Unis, des opposants à l'avortement ont secrètement racheté une clinique où se pratiquaient des avortements, et ce pour décourager les femmes qui s'y rendent.

Jusque-là, c'était déjà limite. À droite se trouvait une clinique d'avortement. À gauche: un centre pour la grossesse, qui lui était anti-avortement. Même façade, même panneau, même décor de bureau générique, raconte le quotidien américain.

«Les femmes un peu désorientées qui venaient pour un avortement, finissaient chez Pat Lohman [la propriétaire du centre pour la grossesse, ndlr], où elle leur balançait tout ce qu'elle pouvait –des pamphlets, des plaidoyers, des prières, des promesses d'aide, des vêtements pour bébés, des illustrations ensanglantées, Dieu– pour les faire changer d'avis.»

Mais depuis quelques mois, quelque chose a changé. Le médecin qui pratiquait l'avortement est partie à la retraite, et Lohman et ses soutiens ont réussi à récupérer la clinique et s'en servent désormais pour promouvoir leurs idéaux:

«Rien n'indique que la clinique est désormais fermée, à part la porte qui est verrouillée. Son nom remonte toujours dans Google, et le numéro de téléphone fonctionne également. Quand des femmes appellent pour joindre la clinique, l'appel est renvoyé vers le centre pour la grossesse. Tout est en place pour piéger les femmes, les faire venir à la clinique, espérer qu'elles essaient d'ouvrir la porte, imaginent qu'elles se sont trompé, et vont ensuite à droite pour se rendre dans l'établissement anti-avortement.»

Slate.fr

Newsletters

Brexit, l'impossibilité d'une île

Brexit, l'impossibilité d'une île

Triple éclairage historique, sémantique et littéraire sur l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne en mars prochain.

En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial

En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial

Jyoti et Neha se sont habillées en hommes pendant des années pour aider leur père malade.

Bongo et Bouteflika peuvent-ils réellement gouverner leurs pays?

Bongo et Bouteflika peuvent-ils réellement gouverner leurs pays?

Les enjeux sont de taille pour que des hommes, avec ou sans leur accord formel, soient montrés dans un état physique que tout individu souhaiterait voir réservé au domaine du privé et de l’intime.

Newsletters