Science & santé

Les acariens microscopiques sur votre visage sont de famille

, mis à jour le 09.02.2016 à 17 h 41

Acariens de visage

Acariens de visage

Si vous regardez vraiment de près votre visage, c’est-à-dire avec un microscope, vous allez probablement découvrir avec horreur que deux espèces microscopiques proches des araignées et des tiques en ont fait leur lieu de résidence. Ces acariens inoffensifs qui ont pour nom savant Demodex folliculorum et Demodex brevis se tortillent à longueur de journée dans les pores de notre peau et les follicules de nos cheveux et de nos poils y compris les cils. Et nous en avons tous à l’âge adulte sans exception selon une étude scientifique mise en avant par Science News.

Les chercheurs ont analysé l’ADN de peau prélevée sur le nez et la joue de plusieurs dizaines de personnes et y ont trouvé du matériel génétique des acariens Demodex sur tous les sujets adultes de l’étude et 70% des sujets ayant 18 ans. Pour Megan Thoemmes de l’université de Caroline du nord qui a mené cette recherche: «tout le monde après la puberté a des mites sur sa peau». Plus intéressant encore, nous n’abritons pas n’importe quels acariens.

Les chercheurs ont identifié dans une autre étude quatre espèces de Demodex folliculorum qui vivent sur le crane de 70 volontaires. Les personnes avec des origines géographiques différentes abritaient différents types d'acariens. Les personnes étudiées dont les ancêtres venaient d’Asie et d’Europe avaient moins de types de mites différents que celles dont les ancêtres venaient d’Amérique latine et d’Afrique.

Quand Homo Sapiens, notre ancêtre, s'est répandu hors d'Afrique, les hommes ont ensuite évolué en étant assez isolés en Afrique, en Europe, en Asie et en Amérique. De façon évidente en développant par exemple des peaux plus ou moins foncées. Dans le même temps, plus subtilement, toutes sortes de microorganismes ont évolué avec les humains. Et avec différents types de peau se sont créés différents environnements microscopiques.

Ces différences sont ainsi le reflet des chemins parcourus par les migrations humaines expliquent les scientifiques. Au sein des familles, les parents et les enfants adultes «partagent» les acariens avec des gènes similaires ce qui prouve que Demodex folliculorum se répand bien lors de contacts physiques.

Ces acariens ont ainsi pu évoluer avec leurs hôtes pendant des millions d’années et devraient servir tout comme les études génétiques d’outils pour retracer et comprendre les migrations humaines depuis des dizaines de milliers d’années.

Correction: une version initiale de l'article avait traduit mite par mite.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte