Quand les princesses Disney incitent les femmes à aller chez le gynécologue

Belle prend des informations sur la contraception, une manière d'inciter les femmes à parler avec leur gynécologue. / via le tumblr de Martiza Lugo

Belle prend des informations sur la contraception, une manière d'inciter les femmes à parler avec leur gynécologue. / via le tumblr de Martiza Lugo

Une sexologue et une illustratrice ont lancé une campagne originale. Le but: inciter les femmes à la prévention en matière de santé sexuelle.

Cendrillon, Mulan, Belle, et Jasmine aussi vont chez le gynécologue. Bon, pas encore dans les dessins animés Disney mais dans une campagne originale visant à promouvoir l’importance de la prévention dans le domaine de la santé sexuelle initiée par l’écrivain et sexologue Danielle Sepulveres en collaboration avec l’artiste Maritza Lugo

Cendrillon se fait tester pour les maladies sexuellement transmissibles (MST) / via le Tumblr de Maritza Lugo

Tests pour les maladies sexuellement transmissibles (MST), dépistage du cancer du col de l’utérus, planning familial et vaccin contre le virus du papillome humain (HPV): tout y passe. «Je veux que les femmes sachent que même s’il n’y a pas un ambassadeur célèbre pour la cause, elle ne doivent pas se sentir embarrassées», explique Sepulveres au magazine Forbes.

Une forte réticence

«Il y a cette idée négative générale sur les vaccins contre le cancer du col de l’utérus et le HPV, alimentée par les médias», dénonce la sexologue alors que de nombreuses femmes risquent d'être infectées au cours de leur vie. En France, avec 3.028 nouveaux cas estimés en 2012, le cancer du col de l’utérus représente la 11e cause de cancer chez la femme, nous apprend le site du ministère de la Santé. Le nombre de décès liés à ce cancer est estimé à 1.102 pour l’année 2012.

Selon Forbes, outre les idées reçues, la faible popularité de ces vaccins est également liée aux hésitations de certains médecins. En France, l’association Med’Océan du Dr Philippe de Chazournes avait lancé en 2014 une pétition signée par plus de 500 médecins, réclamant une mission parlementaire sur la vaccination anti-HPV.

Mulan se fait dépister contre le cancer du col de l'utérus via le Tumblr de Maritza Lugo

Deux vaccins pas si dangereux

Longtemps critiqués, ces vaccins seraient moins dangereux que ce que l’on pensait, avec des effets secondaires graves limités. C’est ce que soutient une étude publiée en septembre 2015 par l'agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) et l'Assurance maladie.

Le rapport déclare que la prise de ce vaccin pose des risques pour 2 des 14 maladies auto-immunes étudiées. Pour la sclérose en plaque, par exemple, aucune association n’a été trouvée. Toutefois, il y a le risque de contracter une maladie inflammatoire chronique de l’intestin et le syndrome de Guillain-Barré, «une maladie inflammatoire auto-immune (dysfonctionnement du système immunitaire) qui s'attaque au système nerveux et provoque des lésions», explique Le Figaro Santé. L'ordre de grandeur estimé pour ce dernier est de de l’ordre de 1 à 2 cas supplémentaires pour 100.000 jeunes filles vaccinées.

Tiana se fait vacciner contre les HPV via le Tumblr de Maitza Lugo

En dépistant à l’avance, les risques pourraient être réduits totalement, soutient Danielle Sepulveres. Un geste salutaire que les princesses Disney ont bien compris.

Pour plus d'informations sur le dépistage du cancer du col de l'utérus, visitez le site Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Partager cet article