Monde

Jeb Bush est désormais obligé de demander à son public de l'applaudir

Temps de lecture : 2 min

Largement devancé dans l'Iowa, le candidat à la primaire républicaine est la risée des médias.

Jeb Bush, le 1er février dans le New Hampshire I CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Jeb Bush, le 1er février dans le New Hampshire I CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Après un score de seulement 2,8% aux caucus de l'Iowa, le candidat républicain Jeb Bush continue sa campagne dans le New Hampshire où les sondages lui sont légèrement plus favorables, avec 10% d'intentions de vote. Mais au jour le jour, le désespoir du frère de George W. commence à se faire ressentir.

Lors d'un meeting dans le New Hampshire le 3 février, Bush a dû demander à son public peu enthousiaste de l'applaudir:

Ce paragraphe du New York Times décrivant l'incident est particulièrement poignant:

«Alors qu'il parlait à la foule au Hanover Inn près de frontière avec le Vermont [...], M. Bush s'est lancé dans un speech enflammé sur la façon dont il protégera le pays en tant que commandant en chef –“Je ne serai pas là en train de fanfaronner et de faire des grands discours sans agir, a-t-il déclaré– et le public est resté complètement silencieux.

“Applaudissez s'il vous-plaît, a-t-il dit, démoralisé.

La foule a ri –et s'est enfin mise à applaudir.»

Les réactions de la presse ont été féroces, comme ce titre du site Gawker:

«Jeb Bush abandonne l'idée d'une victoire et demande à ses électeurs quelque chose de plus réaliste: s'il vous plaît, applaudissez.»

La version Vine de ce moment est assez impressionnante:

Pour de nombreux commentateurs sur Twitter, les mots «please clap» –applaudissez s'il vous plaît - résument parfaitement la campagne de Jeb Bush:

«La campagne de Jeb Bush en quatre mots: applaudissez s'il vous plaît».

C'est loin d'être la première fois que Jeb (dont le logo de campagne est Jeb!) est ridiculisé par les journalistes. Et il faut dire qu'il leur facilite la tâche: en janvier, il avait diffusé une publicité dans laquelle on voyait sa mère, Barbara Bush, expliquer: «je crois qu'il sera un très bon président».

Cette situation est d'autant plus pathétique que Jeb Bush est un des candidats qui dépense le plus d'argent pour sa campagne. Son équipe a notamment déboursé 14,1 millions de dollars en publicités politiques dans l'Iowa, ce qui revient à 2.800 dollars pour chacun des 5.238 votes qu'il a obtenu dans cet État, selon des chiffres du Huffington Post. Cette somme par vote représente dix-huit fois plus d'argent que ce qu'a dépensé la campagne de Ted Cruz (pour chaque vote en Iowa) et trente-quatre fois plus que celle de Donald Trump.

Slate.fr

Newsletters

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

Des amendes pour les mauvais·es élèves et des heures à respecter, la métropole chinoise met les bouchées doubles en matière de recyclage.

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

En Californie, les personnes travaillant pour Uber et Lyft ont été payées pour aller protester contre une loi sur le salariat.

«Les mennonites vivent comme leurs ancêtres, sans voiture, sans téléphone et sans électricité»

«Les mennonites vivent comme leurs ancêtres, sans voiture, sans téléphone et sans électricité»

«J'ai commencé à travailler sur les mennonites boliviens, les membres d'un mouvement chrétien évangélique anabaptiste parallèle à la Réforme protestante, en 2010 parce que j'étais curieux de savoir comment vivait ce genre de...

Newsletters