Partager cet article

«Je suis écartelé entre la vision du couple heureux et l’envie de continuer à avoir des conquêtes»

Détail du «Printemps» (1478-1482) de Sandro Botticelli, tempera sur panneau de bois se trouvant à la Galerie des Offices, à Florence | via Wikimedia Commons (domaine public)

Détail du «Printemps» (1478-1482) de Sandro Botticelli, tempera sur panneau de bois se trouvant à la Galerie des Offices, à Florence | via Wikimedia Commons (domaine public)

Cette semaine, Lucile conseille Inspecteur Maigrelet, un jeune homme qui a jusqu’alors été polygame et se demande s’il peut concilier couple durable et réalisation de ses fantasmes sexuels.

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse:[email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

En tant que jeune adulte (26 ans), j’ai commencé ma vie sexuelle relativement tard (autour de 21 ans) et j’ai depuis rattrapé le temps perdu, avec des conquêtes multiples (surtout par le biais de sites de rencontres, ou libertins). J’étais auparavant dans une optique de collection, les femmes m’offrant un réconfort sur ma capacité à séduire et à plaire, n’ayant pas particulièrement eu de succès auprès des femmes avant la vingtaine. Le problème maintenant est de me lancer –ou non– dans une relation monogame, alors que j’ai longtemps été polygame (mes copines du moment étaient au courant).

Je me pose la question de savoir si le problème vient de moi, du choix de la personne, de la pression sociale (le fameux couple monogame normé). Ayant pu réaliser quelques-uns de mes fantasmes ces dernières années, je me demande réellement si je peux me lancer dans un couple durable avec une personne, et continuer à réaliser mes fantasmes... surtout si ceux-ci concernent d’autres femmes! La meilleure option serait bien sûr de trouver une femme avec la même vision de la vie que moi, qui accepterait cette relation polygame, et aurait cette liberté de son côté.

Cependant... la pression sociale est ce qu’elle est, et même en en étant conscient, le fameux couple monogame, l’amour qu’on porte à une seule personne, reste bien trop ancré dans mon imagination. Le fameux dilemme de la princesse ou de la putain: je recherche une fille que je considèrerais comme «pure» (bonjour les clichés, merci Disney, et les années de conditionnement) tout en conciliant cela avec une fille très portée sur le sexe et demandeuse. Bien sûr, l’un n’empêche pas l’autre, mais je pense qu’ils sont opposés dans mon esprit.

Je me demande si je peux me lancer dans un couple durable avec une personne, et continuer à réaliser mes fantasmes... surtout si ceux-ci concernent d’autres femmes

Je suis écartelé entre la vision utopique du couple heureux, se soutenant (sans vraiment y croire, n’ayant eu que des relations assez éphémères en général) mais, d’un autre côté, envie de continuer à avoir des conquêtes, voyager, sans pour autant me limiter à une seule femme. La plupart de mes propos et attentes sont contradictoires, et le problème est là. La plupart des couples autour de moi ont échoué, et je ne peux m’empêcher de trouver ceux qui réussissent comme «niais et guimauves»

La chose est complexe, peut-être le problème vient-il uniquement de moi, de mon incapacité à faire des choix, entre une vie sexuelle libre avec de la solitude à côté et l’amour d’une femme unique mais une frustration et l’incapacité de résoudre mes fantasmes, qui auront, un jour, fatalement lieu, envers d’autres personnes. Et chose étrange, je ne pense pas être capable de vivre un amour durable avec une femme qui serait comme moi, polygame.

Inspecteur Maigrelet

Cher Inspecteur Maigrelet,

Si la monogamie est le modèle de notre société, je ne crois pas qu’il soit un modèle absolu. C’est-à-dire que c’est à chacun de construire sa vie et sa ou ses relations autour de ses propres besoins.

Je comprends vos problèmes actuels. Vous voulez tout dans une société qui vous dit que c’est possible et vous fantasmez une femme qui corresponde à 100% à votre idéal biaisé. Cette femme monogame, à la fois maman et putain, et qui vous accepte en tant que polygame, existe-t-elle? Et si elle existait, pensez-vous que vous seriez son premier choix?

Vous cherchez une femme comme on cherche une maison. «Je cherche un trois-pièces lumineux avec une baignoire et le chauffage au sol pour un budget en dessous de prix du marché.» Non content de partir du principe que cette perle rare est disponible, vous en oubliez l’essentiel: les sentiments. Je ne vous parle pas ici de sentiments idéalisés à la Disney. Mais de vrais sentiments, d’émotions, de ressentis. Cette femme que vous recherchez, qui vous dit qu’elle vous plaise vraiment?

Cette femme monogame, à la fois maman et putain, et qui vous accepte en tant que polygame, existe-t-elle? Vous cherchez une femme comme on cherche une maison

Je crois que ce n’est pas une question de choix et de listes de priorités. Je crois que c’est impossible de décider à l’avance avec qui et dans quelle configuration on va finir. Et je crois même que les couples qui durent sont de moins en moins la norme.

À trop vous demander ce que vous attendez de l’autre, vous en oubliez deux points essentiels: ce que vous avez à lui offrir (et je sens quand même dans votre texte que les concessions ne sont pas une priorité) et ce qui ne se décide pas.

Vous parlez de couples comme si c’était une question de choix. Mais ce n’est pas si simple. Il y a le facteur chance, il y a les décisions qui s’imposent, il y a le hasard.

Vous théorisez l’amour mais vous ne savez pas ce que c’est. Et cette donnée qui vous échappe est la plus importante de toutes. Elle peut faire basculer toutes vos certitudes et vos habitudes. Comblé par un quotidien riche et une vie sexuelle satisfaisante, je vous assure que la mise en pratique de la totalité de vos fantasmes ne sera plus une priorité absolue (si, si, je vous jure).

J’ai donc un conseil: continuez à vivre votre vie comme vous le faites actuellement puisqu’elle vous rend heureux. Ne remettez pas en question vos choix sous prétexte de pression sociale. Si l’amour frappe à votre porte –et préparez-vous à ce qu’il ressemble à tout sauf à ce que vous croyez–, il sera bien temps de revoir vos certitudes. Ces questions trouveront alors toutes leurs réponses. Il y aura des sacrifices qui n’en seront pas, il y aura des bonheurs comme vous ne l’imaginez pas encore. C’est une donnée à prendre en compte: l’histoire s’écrira d’elle-même indépendamment de vos désirs du moment. Ne soyez juste pas rigide et donnez-lui toute latitude pour vous étonner. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte