Partager cet article

Derrière Google, les autres projets très coûteux d’Alphabet

REUTERS/Pascal Rossignol.

REUTERS/Pascal Rossignol.

Le moteur de recherche n’est qu’une infime partie de la galaxie Alphabet.

Mardi 2 février est un grand jour pour Sergey Brin et Larry Page, les deux fondateurs de Google. La nouvelle holding de l’entreprise, Alphabet, devrait logiquement atteindre une capitalisation boursière record lors de l’ouverture de Wall Street cet après-midi. Au total, comme le rapporte Le Figaro, Alphabet disposera d’une capitalisation de plus de 550 milliards de dollars, c’est 20 milliards de plus qu’Apple.

Un chiffre impressionnant mais qui en cache un autre, tout aussi important. La veille, la société a dévoilé ses résultats pour le dernier trimestre 2015, et ils sont encore plus impressionnants que prévu. «Ses profits au cours des trois derniers mois grimpent de plus de 5% pour atteindre 4, 92 milliards de dollars», relève Le Figaro.

En regardant le détail des chiffres, on pouvait également lire pour la première fois le détail du coût des autres projets d’Alphabet, la section Google X, beaucoup plus mystérieuse. Et comme le relève le site Quartz, l’hémorragie financière est importante: «Ce type de business de “projets fous spéculatifs a généré 448 millions de revenus annuels, 37% de plus que l’année dernière, mais les pertes étaient 83% plus grandes.» Au total, la perte due à ces projet était de 3,57 milliards de dollars pour l’année 2015.

Alarmes anti-incendies et intelligence artificielle, l'autre partie de la galaxie Alphabet

Le détail des pertes n’a pas été communiqué, mais l’on sait très bien ce qui se cache derrière la mention «Autres paris» du communiqué d’Alphabet, à savoir des projets très éloignés du moteur de recherche. En tête, on retrouve tout d’abord Nest, une start-up spécialisée dans les produits dits «intelligents» pour la maison, comme les alarmes anti-incendie et les thermostats. Rachetée en janvier 2014 par Google, les chiffres financiers n’avaient pas été communiqués non plus à l’époque, mais Nest atteignait selon le site Re/code une valorisation de deux milliards de dollars et son coût annuel est désormais estimé à 500 millions de dollars.

Vient ensuite Access, qui se concentre sur le développement de la fibre et l’accès à internet un peu partout dans le monde. Il y a quelques jours, le Guardian nous apprenait par exemple qu’Alphabet testait des drones capables de livrer un internet jusqu’à quarante fois plus rapide que la 4G. Là encore, pas de chiffres précis pour le coût annuel d’Access, mais certains médias parlent d’un montant allant d'un à deux milliards de dollars.

Google Ventures, désormais appelé GV, s’occupe du capital-risque en investissant dans de plus petites compagnies. Depuis sa création en 2009, Google Ventures a investi dans plus de 300 compagnies, avec par exemple Uber ou Nest dont on a parlé plus haut. De l’intelligence artificielle aux sciences de la santé, GV s’intéresse à tous les domaines mais a tout de même freiné ses investissements l’année dernière (39 contre 57 en 2014 selon Forbes). En tout, 2,4 milliards de dollars ont été consacrés à GV depuis six ans. On peut aussi citer dans ce domaine Google Capital, dont le but est de soutenir des projets rentables en fournissant argent et savoir faire.

La science est principalement prise en charge par Verily, qui remplace la division Life Sciences poursuivant ses missions. On notera ainsi des recherches pour sur des lentilles de contact capables de détecter le taux de glucose chez les diabétiques, ou des domaines comme les nanodiagnostiques, le Big Data, ou les robots médicaux. Difficile de chiffrer le coût total des investissements effectués.

Allongement de vie

Les structures les plus incroyables d’Alphabet se nomment Google X et Calico. Le premier est le laboratoire secret lancé par Sergey Brin en charge des projets les plus fous, qui a déjà lancé des prototypes comme les voitures autonomes, les lunettes de réalité augmentée ou un bracelet capable de détecter les cellules cancéreuses. Quand on connaît l’échec des Googles Glass, on peut légitimement supposer que Google X y est pour beaucoup dans les pertes d’Alphabet. 

Calico, de son côté, nous plonge carrément dans la science-fiction puisque la mission de ses employés est de prolonger l’espérance de vie de l’homme. La firme a pour cela recruter des chercheurs spécialisés dans la génétique et la biologie. Le site Re/code racontait fin décembre le combat contre la mort mené par l’entreprise: «Un jour, vous serez peut-être en mesure d’acheter une pilule qui allonge votre vie, imaginée dans un laboratoire fondé par un moteur de recherche.» Impossible de donner une date pour l’instant, mais on estime que 730 millions de dollars ont été investis par Alphabet dans Calico.

Toutes ces dépenses sont gigantesques, mais elles ne représentent au final qu’une goutte d’eau dans la galaxie Alphabet puisque celle-ci a généré 4,92 milliards de dollars de profit sur 21,3 milliards de ventes. C’est 18% de plus que l’année dernière: 2016 pourrait donc être une année encore meilleure pour Brin et Page, qui n’ont décidément pas fini de sourire. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte