Culture

Chaque soir de février, un chat star des écrans géants de Times Square

Temps de lecture : 2 min

Tous les jours à 23h57, une vidéo d'art contemporain s'affiche sur la célèbre place new-yorkaise, depuis 2012. Ce mois-ci, honneur aux félins.

Capture d'écran d'un tweet de The Verge.
Capture d'écran d'un tweet de The Verge.

Chaque soir jusqu'au 29 février, les touristes de Times Square pourront admirer une vidéo de trois minutes d’un chat qui lape une gamelle de lait. Non, les félins n’ont pas réellement pris le contrôle des écrans de la mythique place de New York (pas encore).

La performance est artistique et fait partie du projet «Midnight Moment» de Times Square Arts, rapporte le site The Verge. Depuis avril 2012, trois minutes avant minuit, une vidéo d’art contemporain est diffusée sur quinze écrans publicitaires, dont le plus grand (et le plus cher) au monde.

Susciter l'émerveillement des touristes

«Nous voulions être capable de rendre chaque soir de l’année excitant, déclarait en octobre 2015 Sherry Dobbin, directrice de Times Square Arts, au site australien News. Je ne me lasse pas de regarder l’émerveillement sur le visage des gens, quand ils se rendent compte de ce qui est en train de se produire autour d’eux. Ils ont la même expression de joie que s’ils assistaient à une pluie de météorites.»

Pour elle, le chat de la vidéo de février, «Büsi (Kitty)», «représente le triomphe quotidien que chacun de nous ressent quand, vivant dans la densité de cette métropole, au cœur de la frénésie médiatique, il prend son temps», relate la fiche de l’œuvre sur le site de la Times Square Alliance.


Tourné en 2001 par les deux artistes suisses Peter Fischli et David Weiss, le film n’en est pas à sa première apparition sur Times Square. La star de «Büsi» a, en effet, déjà contemplé les milliers d’humains grouillant sur le cœur de New York… il y a quinze ans, rappelle le site de la Times Square Alliance. À l’époque, la vidéo était une commande de Creative Time, dans le cadre d’un projet intitulé « la 59e minute ». Elle avait été projetée sur l’Astrovision, mythique écran central et verticalde Times Square.

Slate.fr

Newsletters

Le deuil solaire d'«Amanda», un chemin vers ce qui viendra

Le deuil solaire d'«Amanda», un chemin vers ce qui viendra

Le troisième film de Mikhaël Hers accompagne avec délicatesse la traversée d’une tragédie par un couple enfant-adulte qui y trouve comment s’inventer.

J’ai une danseuse, elle s’appelle Johnny, et tant pis si le cœur de mon épouse se brise

J’ai une danseuse, elle s’appelle Johnny, et tant pis si le cœur de mon épouse se brise

Johnny chante comme un dieu, le batteur est un dieu, tous les musiciens sont des dieux. Je transpire comme un sumo tellement le disque me donne chaud.

La jeunesse éternelle, obsession de l'humanité depuis le Moyen Âge

La jeunesse éternelle, obsession de l'humanité depuis le Moyen Âge

Vivre éternellement jeune? On en rêvait déjà à l'époque médiévale, tout en craignant que l'immortalité ne soit finalement une malédiction.

Newsletters