Partager cet article

L’appareil du parti Républicain est toujours vivant

Des Moines, Iowa; 1er février 2016 PETE MAROVICH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Des Moines, Iowa; 1er février 2016 PETE MAROVICH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le succès de Trump, candidat «anti-système» en avait fait douter. Le score inattendu de Marco Rubio redonne de l’espoir à l’élite des républicains.

A en croire la réaction de certains et la manière dont elle est mise en scène par les télévisions câblées, on pourrait presque croire que le sénateur Marco Rubio vient de remporter le caucus de l’Iowa avec 96,4% des voix. Rubio lui même n’a pas hésité à jouer cette carte en parlant de sa... euh, «victoire» qu’il est parvenu à placer avant que ses deux rivaux arrivés devant lui aient eu l’opportunité de parler.

Le vrai et le faux vainqueurs

«Voici donc arrivé le moment dont ils disaient qu’il n’aurait pas lieu» a dit Rubio en grimaçant, faisant référence à cette troisième place que la plupart des commentateurs prédisaient pourtant depuis plusieurs mois. «Durant des mois, durant des mois, ils nous ont dit que nous n’avions aucune chance. Mais ce soir, ce soir, dans l’Iowa, le peuple de ce grand État a envoyé un message très clair: après sept ans de Barack Obama, nous n’allons pas attendre plus longtemps pour reconquérir notre pays.» A n’en pas douter, les républicains de l’Iowa sont sûrement partisans d’élire un républicain pour remplacer le président Obama!

Rubio a fini troisième dans les caucus de l’Iowa, derrière Donald Trump et le sénateur Ted Cruz. Il n’est pas encore –répétez avec moi: il n’est pas encore– le président à vie des États-Unis d’Amérique et tous ses territoires. Le candidat qui semble le mieux placé pour être désigné par le parti républicain à la présidence après cette soirée est celui qui est arrivé de nulle part pour REMPORTER le caucus: Ted Cruz. Quant à Donald Trump, s'il a subi une défaite, il fait toujours course en tête dans les sondages au New Hampshire et en Caroline du Sud et dans des États n’ayant pas de système électoral aussi compliqué.

Un signal lancé à l'establishment

Mais qu’a accompli Rubio, malgré tout? Beaucoup. Il a dépassé les prévisions en connaissant un regain d’intérêt au cours des dernières semaines, essentiellement chez les républicains modérés des banlieues de l’Iowa et il ne lui a manqué que quelques milliers de voix pour remporter la deuxième place. Voilà un signal fort envoyé au centre-droit et à «l’establishment» –plus connus sous le nom d’abominable groupe de méchants républicains fumeurs de cigares qui voudraient voir un vrai républicain se présenter à l’élection présidentielle– que Rubio est leur candidat et que les autres prétendants feraient bien de se retirer.

Plus la «bataille au sein de l’establishment» va durer, plus il sera facile pour Cruz et Trump de l’emporter

Si l’on fait abstraction des efforts potentiels des électeurs du New Hampshire, qui aiment bien troller les élections –et en sont bien capables– le fait que le score de Rubio soit  meilleur que prévu ouvre la porte de sortie à Jeb Bush, Chris Christie et John Kasich dès la fin du caucus du 9 février, ce qui aurait pour conséquence de voir affluer, sur la personne de Rubio, une masse énorme d’argent couplée au soutien total du parti. Plus la «bataille au sein de l’establishment» durera, plus il sera facile pour Cruz et Trump de l’emporter. 

Mais il semble bien que cette bataille ne s’étendra probablement pas au-delà de l’ancienne ligne de démarcation séparant les États du Nord et ceux du Sud pendant la guerre de Sécession, même si Bush –dont le super PAC a dépensé des dizaines de millions de dollars dans l’Iowa pour éviter que Rubio ne fasse un tel score– va peut-être décider de s’accrocher un peu. Et combien de personnes sont prêtes à suivre les chefs du parti quand elles peuvent s’aligner derrière Cruz ou Trump?

Changement de donne

Il nous faudra attendre de nouveaux sondages pour savoir si Rubio a bel et bien tout bousculé en terminant avec la médaille de bronze –pardon en terminant brillamment avec la médaille de bronze– dans les caucus de l’Iowa. Tout pourrait bouger bien vite. Mais regardez quels scores la Caroline du Sud réserve aux candidats de l’establishment républicain selon un récent sondage de RealClearPolitics: Rubio, Bush, Kasich et Christie rassemblent 27% des intentions de vote. Ça n’est pas beaucoup, et cela ne risque guerre de s’améliorer lors des votes du Sud le 1er mars suivant. Si Rubio veut être désigné candidat, il lui faudra se concentrer sur la toute fin de campagne avec les États modérés où le vainqueur des élections remportent tous les représentants.

Rubio n’a pas gagné dans l'Iowa. Mais il a fait un score suffisant pour nettoyer le centre-droit et commencer à rassembler une portion importante du parti derrière sa candidature, qui continue de peiner à décoller.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte