Accusés de vouloir s'approprier une partie de la culture web, les Fine Bros ont fait marche arrière

Rafi et Benny Fine. YouTube/Fine Brothers Entertainment

Rafi et Benny Fine. YouTube/Fine Brothers Entertainment

Les deux frères étaient accusés de vouloir déposer le concept de la «vidéo de réaction».

 


Mise à jour 02/02/16: Les Fine Bros ont renoncé dans la nuit de lundi à mardi à toutes leurs applications pour des dépôts de marque. Dans un post publié sur Medium, ils annoncent également la fin de leur programme World React, et ont assuré qu'ils allaient publier toutes les revendications Content ID qui ont pu avoir eu lieu par le passé. De son côté, Ryan Morrison a assuré qu'il avait bien reçu la preuve que la société des deux frères avait abandonné l'idée de marques déposées.

 

Vous ne les avez peut-être jamais vus, ne les connaissez peut-être pas et pourtant, si vous passez un peu de temps sur internet, il y a de fortes chances que vous ayez vu une de leurs vidéos. Benny et Rafi Fine sont les créateurs de chaînes YouTube dédiées aux react videos. En clair, ils mettent des enfants, des ados, des personnes âgées, des YouTubeurs, des adultes, des parents... devant une caméra, leur font regarder quelque chose (généralement une vidéo) et filment leur réaction.

 


Jusque-là, tout allait bien pour eux. Ils venaient de dépasser la barre des 14 millions d'abonnés sur leur chaîne, accumulaient les millions de vues –et les revenus qui vont avec– et puis ils ont fait cette annonce, le 26 janvier:


Les créateurs expliquent que pour répondre à la demande d'une partie de leurs fans, ils vont autoriser les gens à reprendre leur concept pour en faire «un phénomène mondial». En clair, comme le raconte Variety, «ils espèrent faire grossir leur fanbase –et gagner de l'argent– en accordant des licences pour que des créateurs puissent réaliser leurs propres versions de leurs émissions». Et pas besoin de payer directement: il suffira de partager les revenus générés grâce aux vidéos.

Ils cherchent par ailleurs à déposer un grand nombre de marques: «Kids React», «Teens React», «Elders React», «Adults React», «React Gaming», «Do They Know It», «People Vs. Food», «Lyric Breakdown», «Try Not to Smile or Laugh», «Opinions et «People Vs. Technology». Le terme «React» a également été soumis pour un dépôt de marque.

Non-sens

Le problème, c'est évidemment que cette annonce a été accueillie très, très froidement. Les avis négatifs se multiplient, les internautes se désabonnent de la chaîne. Selon la BBC, les Fine Bros ont perdu 170.000 abonnés en l'espace d'une semaine.

Les FineBros devraient faire une vidéo de réaction «Les FineBros réagissent aux 150k de "j'aime pas" et à la perte de 200k abonnés en quatre jours».

Comme l'indique Le Monde:

«Nombreux sont ceux qui craignent que les Fine Bros se mettent à attaquer les YouTubers qui réaliseront leurs propres vidéos de réaction. "C’est comme dire qu’aucun adolescent ne pourra jamais se filmer en train de réagir et le mettre normalement en ligne", suggère un internaute.»

Pour beaucoup, le fait que les Fine Bros essaient de s'approprier le format «React» est un non-sens, puisque ce genre de format existe depuis quasiment la création de YouTube, en 2005. Le site spécialisé Know Your Meme précise que la première vidéo du genre a été mise en ligne en 2006. Il s'agit d'enfants déballant une Nintendo 64 à Noël, en 1998.


Entretemps, ces vidéos ont été largement popularisées et partagées, notamment grâce à Two Girls: One Cup.


La première vidéo «React» des Fine Bros date, elle d'octobre 2010.

Déjà des retraits

Sur reddit, un post publié vendredi soir s'attaque d'ailleurs au fait que les Fine Bros essaieraient de placer ce concept sous marque déposée. Dans le fil de discussion, les internautes s'inquiètent –sans toujours l'étayer– du fait que les Fine Bros auraient déjà fait retirer des vidéos et pourraient donc légalement s'en prendre à n'importe qui se filmerait en train de réagir à un événement. Comme le souligne Rue89«le YouTuber 8-Bit Eric a profité de la polémique pour révéler que plusieurs de ses vidéos avaient été supprimées par Fullscreen Network, le groupe média auquel The Fine Bros appartient».


L'avocat et gamer Ryan Morrison (alias Video Game Attorney) expliquait de son côté que les internautes avaient raison de se méfier:

«J'ai vu beaucoup de gens expliquer que c'est juste pour protéger leur marque et qu'ils ne s'attaqueraient jamais à qui que ce soit. On a vu que c'est faux puisqu'ils ont déjà envoyé plein d'ordonnances de cessation et d'abstention (si l'on en croit les utilisateurs de reddit, ce qui est mon cas) et ils ont même envoyé leurs fans s'attaquer à des programmes comme "Ellen" pour avoir fait une vidéo de réaction similaire. J'ai vu "Kids Say the Darndest Things" [une série comique avec Bill Cosby]. Ces mecs ne sont pas les premiers à avoir eu l'idée de filmer des vidéos marrantes de réactions d'enfants. Et ils ne possèdent certainement pas tout un genre de vidéos YouTube. Ce n'était pas leur idée, et ce ne doit donc pas leur appartenir et ce n'est pas eux qui doivent faire la police.»

Sur YouTube, des dizaines de vidéos parodiques s'en prennent aux deux frères.

 


Un rappeur a d'ailleurs bien résumé la situation: «DMCA, Content ID, et maintenant on a besoin de marques déposées?»

Et comme le souligne Digg, tout cela se produit dans un contexte très particulier, alors que de plus en plus de créateurs publient des vidéos critiques de YouTube: 

«Au moins vingt chaînes ont été supprimées temporairement, se sont vu instaurer une limitation d'âge ou leurs revenus ont été suspendus. À chaque fois, il s'est passé la même chose. Les fonctionnalités de la chaîne sont supprimées, il y a eu une perte de revenus ou la suspension totale de la chaîne sans raison et sans aucun mot de la part de YouTube –parfois pendant plusieurs semaines. [...] Si la grande majorité de ces problèmes a été résolue, la confiance dans l'égalité de la plateforme et sa capacité à répondre à la communauté a été plutôt secouée, même si aucun gros créateur n'a abandonné YouTube.»

«On voudrait s'excuser»

Face à la polémique, les Fine Bros ont essayé de s'expliquer. Sur reddit et Facebook, ils ont proposé de répondre aux questions des internautes. Deux jours plus tard, le 31 janvier, c'est sur YouTube qu'ils ont répondu dans une vidéo de trois minutes.

 

«On voudrait s'excuser pour la terminologie utilisée, comme lorsque l'on a dit "Notre format de vidéos de réaction". Nous ne voulions pas dire que toutes les vidéos où quelqu'un réagit à quelque chose est quelque chose que l'on veut contrôler. Quand on parlait de l'octroi d'autorisations pour le format "Réagissent à", on ne parlait que de notre format à nous. Pas du genre en tant que tel. Ça, ce n'est pas à nous.»

Pas suffisant, visiblement, pour calmer tout le monde. Le rappeur dont on parlait un peu plus tôt souligne justement que leur définition de ce qui constitue leur format est très vague:

«Regardez n'importe quelle vidéo de notre série. C'est ça le format. Ce n'est pas qu'un ou deux éléments, c'est tous les éléments utilisés de la même façon.» 

Ils indiquent également qu'ils ont déjà demandé la suppression de vidéos trop proches de leur format.

La vidéo n'a d'ailleurs pas convaincu Ryan Morrison, qui, comme l'indique le Daily Dot, semble bel et bien décidé à empêcher le dépôt de marques:

«Les vidéos de réaction ne nous appartiennent pas.» Merci @thefinebros, vous venez de rendre mon opposition beaucoup plus facile.

Quant aux internautes, ils semblent décidés à ne pas lâcher l'affaire:

 

Partager cet article