Culture

Ce cinéaste a dupé la Nasa pour faire le film «le plus illégal de tous les temps»

Temps de lecture : 2 min

Matt Johnson a réussi à tourner un film parodique et complotiste dans les locaux de l'agence spatiale.

Crédit: Project Apollo Archive / Domaine public
Crédit: Project Apollo Archive / Domaine public

Le réalisateur Stanley Kubrick restera célèbre pour Shining ou Orange Mécanique, mais aussi pour un film qu’il n’a pas réalisé. L’unes des théories complotistes préférées des Américains concerne l’atterrissage d’Apollo XI sur la Lune en 1969, qui serait en réalité une supercherie mise en place par le gouvernement américain avec l’aide du cinéaste.

Cette théorie, encore bien ancrée dans les esprits aux États-Unis, est le point de départ d'Operation Avalanche, un film réalisé par Matt Johnson et présenté la semaine dernière au festival de Sundance. Le scénario est assez simple: en 1967, de jeunes agents de la CIA s’infiltrent au sein de la Nasa et finissent par mettre en place le grand complot que l’on connaît aujourd’hui.

Une intrigue alléchante, mais la partie la plus intriguante du film n’est pas là, comme l’explique le site Wired: «C’est la façon dont Johnson a réalisé le film.» Le réalisateur a expliqué lors d’une projection que son équipe et lui se sont véritablement infiltrés dans les locaux de la Nasa:

«Nous avons appelé la Nasa pour leur dire “Hey, nous faisons un documentaire sur le programme Apollo, est-ce qu’on peut venir filmer chez vous? et ils ont dit oui. Donc toutes ces scènes où vous me voyez dire “Oh, nous faisons juste un documentaire ou quand je me présente comme faisant un documentaire ou étant un réalisateur de documentaire? C’est réel.»

Merci le «fair use»

Les prises du film sont pour beaucoup des prises uniques et le scénario a dû s’adapter aux imprévus du tournage. Plus grave, leur escapade périlleuse posait des problèmes de droits d’images puisqu’ils mentaient sur le but de leur présence et l’usage d’images de Kubrick. Ils se sont appuyés sur ce que les Américains appellent le «fair use», un concept juridique permettant de contourner une règle dans des situations bien précises, comme lors du tournage d’un film. «Comme il y a le “fair usesurtout aux États-Unis, où la loi sur la propriété change constamment, vous pouvez faire des films comme ça», explique le réalisateur.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le film a reçu des critiques divisées, mais le tour de force mis en place par Matt Johnson et son équipe lui promettent un joli parcours en salle: Lionsgate a déjà prévu une large distribution pour Operation Avalanche, qui devrait très vite sortir au cinéma.

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio