Partager cet article

Il est peut-être temps de repenser à la «sologamie», ou le mariage pour soi

Image extraite de la vidéo de mariage de Jennifer Hoes, en 2003, via Aeon.

Image extraite de la vidéo de mariage de Jennifer Hoes, en 2003, via Aeon.

Après la légalisation du mariage entre personnes de même sexe, le mouvement consistant à se marier avec soi-même revient sur le devant de la scène.

Après les victoires des partisans du mariage entre personnes du même sexe un peu partout dans le monde ces dernières années, Jeffrey Dunetz mentionne sur son blog The Lid un autre type de mariage qui pourrait prendre de l’importance: le mariage avec soi-même, ou la «sologamie»«Le mariage avec soi-même n’est pas reconnu aux États-Unis ou en Europe, et ce n’est pas une union légale… pour l’instant, écrit l’auteur du blog. Mais, qui sait, un jour, les mères à travers le monde pourront être heureuses de voir que leur enfant s’est finalement installé avec quelqu’un qu’elles approuvent. Quelqu’un avec la même foi et les mêmes origines ethniques.»

Le mouvement a été lancé il y a plus de vingt ans, si l’on en croit le site First Things. «Apparemment, Linda Baker était la première personne à se marier avec elle-même en décembre 1993», écrit le site avant de donner d’autres exemples, notamment celui de Nadine Schweigert, qui dira le jour de son (faux) mariage, en 2001: «Moi, Nadine, promets d’apprécier ma propre vie et de savourer une histoire d’amour pour toujours avec ma merveilleuse personne.» Pareil en janvier 2015, une femme de Houston s’est mariée avec elle-même au cours d’une cérémonie incluant dix demoiselles d’honneur, sa famille, et de nombreux amis. Sophie Tanner, auteure anglaise, a récemment raconté à Vice sa vie depuis son mariage déroulé en 2014. «Vous n’avez plus de soucis à vous faire. Vous n’attendez pas l’élue car vous êtes l’élue. Vous avez trouvé cette personne.»

La sologamie, une démarche éloignée du narcissisme

Et bien souvent, ces femmes ont fait face à des critiques assez sévères à propos de leur démarche, et doivent continuellement l'expliquer.  «Il y a eu beaucoup de bruit pour dire à quel point c’est narcissique, raconte encore Sophie Tanner sur le site Vice. Il y a une grande différence entre la vanité et l’amour de soi. Pourquoi les gens pensent-il qu’il s’agit de la chose la plus vaine dans cette société, alors que les selfies et le fait de montrer son meilleur visage et sa meilleure apparence sont si importants? Je ne le sais pas.»

Jennifer Hoes, mariée en 2003, a elle aussi affronté l’incompréhension, ce qui l’a poussé à s’expliquer sur le site d’Aeon magazine. Elle a dû rassurer sa mère, qui avait peur du regard des gens, répondre aux médias qui lui expliquaient que beaucoup de gens se moquent d’elle, mais aussi subir les remarques d'inconnus qui s’interrogeaient immédiatement sur sa sexualité. «Ils ont des valeurs, des idées qui procurent un sentiment très sécurisant, estime-t-elle. Mais cela ne devrait pas dire que vous ne pouvez pas penser par vous-même à propos de ce que vous voulez de ces traditions. Et je pense que les gens devraient être libres d’interpréter les traditions à leur manière.»

Le témoignage de Jennifer Hoes est disponible dans la vidéo ci-dessous.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte