Les jeunes privilégient les loisirs et les expériences à l’achat de biens

Selfie X 6 / Mussi Katz via Flickr CC License By

Selfie X 6 / Mussi Katz via Flickr CC License By

Les choix de consommation des jeunes adultes nés au tournant du millénaire ont un impact sur les résultats des entreprises côtées en bourse

La génération des «millennials», enfants du millénaire nés entre le début des années 1980 et des années 2000, modifie la structure de l’économie à mesure que ses membres accèdent à un pouvoir d’achat. Le site Bloomberg note que cette évolution se lit désormais dans les résultats des entreprises cotées en bourse aux États-Unis et en Europe: celles qui proposent des expériences, des loisirs et des voyages surpassent désormais celles qui vendent des biens de consommation.

Quels sont ces secteurs économiques plébiscités par ces générations? Tous ceux qui les aident à former leur identité et à se créer des souvenirs, selon Sarbjit Nahal, de la Bank of America, interrogé par le site. Cet ensemble inclut les activités qui tournent autour des événements sportifs, des festivals, des jeux en ligne, de l’économie collaborative, du voyage ou de la musique en streaming mais aussi de la restauration et des bars.

L'évolution depuis 2012 de l'index Stoxx 600, qui suit le cours de 600 entreprises européennes en bourse, montre cette meilleure performance des activités de «loisir et voyage» sur celles des «biens de consommation personnels ou domestiques»:

Index «loisir et voyage» (en blanc) Vs «biens de consommation personnels ou domestiques» (en bleu). Bloomberg.


«Acheter du bonheur»

La possession de biens matériels est donc passée au second plan pour ces générations qui, selon la formule consacrée, privilégie l'accès sur la propriété. Cette inversion des priorités se fait au détriment de certains des achats qui étaient incontournables pour les générations antérieures comme l’automobile, la télévision ou les sacs de luxe. Les sorties des millennials sont plus régulières, tout comme leurs voyages, et ils sont moins nombreux que leurs parents à pouvoir économiser pour acheter un bien immobilier.

Jack Huang, un Américain qui a fondé l’entreprise Truly Experiences, fournit justement ce type de prestations à des clients de sa génération. Il confirme que la consommation s’est déportée des objets et des biens matériels pour se porter vers l’expérience: «Les gens veulent acheter du bonheur», philosophe-t-il.

Partager cet article