Culture

Écoutez en avant-première le volume 9 de La Souterraine, la compilation défricheuse de la pop française

Cédric Rouquette, mis à jour le 01.02.2016 à 11 h 10

Comme d’habitude, la série offre un large éventail de découvertes réalisés par des artistes et groupes en pleine éclosion.

Cela dure depuis bientôt deux ans, et le débit ne faiblit pas. La Souterraine (à laquelle nous consacrions, il y a un peu plus d'un an, un long article) publie, mercredi 3 février, la neuvième de ses compilations du même nom. Elles sont toutes basées sur la même idée: rassembler une dizaine de morceaux pop réalisés par des artistes et groupes français en pleine éclosion. En avant-première, Slate.fr vous donne accès à cette sélection réalisée avec soin par ses deux fondateurs, Benjamin Caschera et Laurent Bajon.

Quelques noms sont déjà bien connus des habitués de la scène indé. Ainsi Yeli Lane publie-t-il son premier titre en français («Acide Amer») avant de livrer son troisième album. Les Bordelais Cliché font déjà partie du hall of fame de la série: «Hélicon», paru sur le volume 2 de la Souterraine, est le deuxième morceau le plus écouté de l’histoire du site. «Sans arrêt» ralentit le tempo pour clore ce volume 9. Frànçois and the Atlas Mountains laisse son batteur Jean Thévenin évoluer à son compte sous le nom de Jaune pour le morceau d'ouverture, «Le Plancton».

Comme d’habitude, La Souterraine offre un large éventail de sons sans se noyer dans la dispersion. Nous sommes ici entre artisans passionnés de la pop ouvragée, qu’on vienne de Paris, de Lyon (Litige, Sida), Metz (Marietta) ou Nantes (Lenparrot). On y sent l’héritage du punk, de la new wave, du funk, du folk. Beaucoup d’air frais, que nous sommes heureux de vous proposer ici.

Cédric Rouquette
Cédric Rouquette (77 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte