Culture

Écoutez en avant-première le volume 9 de La Souterraine, la compilation défricheuse de la pop française

Temps de lecture : 2 min

Comme d’habitude, la série offre un large éventail de découvertes réalisés par des artistes et groupes en pleine éclosion.

Cela dure depuis bientôt deux ans, et le débit ne faiblit pas. La Souterraine (à laquelle nous consacrions, il y a un peu plus d'un an, un long article) publie, mercredi 3 février, la neuvième de ses compilations du même nom. Elles sont toutes basées sur la même idée: rassembler une dizaine de morceaux pop réalisés par des artistes et groupes français en pleine éclosion. En avant-première, Slate.fr vous donne accès à cette sélection réalisée avec soin par ses deux fondateurs, Benjamin Caschera et Laurent Bajon.

Quelques noms sont déjà bien connus des habitués de la scène indé. Ainsi Yeli Lane publie-t-il son premier titre en français («Acide Amer») avant de livrer son troisième album. Les Bordelais Cliché font déjà partie du hall of fame de la série: «Hélicon», paru sur le volume 2 de la Souterraine, est le deuxième morceau le plus écouté de l’histoire du site. «Sans arrêt» ralentit le tempo pour clore ce volume 9. Frànçois and the Atlas Mountains laisse son batteur Jean Thévenin évoluer à son compte sous le nom de Jaune pour le morceau d'ouverture, «Le Plancton».

Comme d’habitude, La Souterraine offre un large éventail de sons sans se noyer dans la dispersion. Nous sommes ici entre artisans passionnés de la pop ouvragée, qu’on vienne de Paris, de Lyon (Litige, Sida), Metz (Marietta) ou Nantes (Lenparrot). On y sent l’héritage du punk, de la new wave, du funk, du folk. Beaucoup d’air frais, que nous sommes heureux de vous proposer ici.

En savoir plus:

Cédric Rouquette Journaliste

Newsletters

True crime: où sont les victimes?

True crime: où sont les victimes?

Le genre, qui connaît un pic de popularité depuis quelques années, a une fâcheuse tendance à se focaliser sur la figure du criminel et à négliger les conséquences de ses actes.

Les talons hauts, une histoire de pouvoir

Les talons hauts, une histoire de pouvoir

Jadis, les hommes portaient des talons pour marquer leur rang social. Aux pieds des femmes, l’étiquette est passée de «puissant» à «sexy». Et finalement, cela revient au même.

Ode au spoiler (même pour «Game of Thrones»)

Ode au spoiler (même pour «Game of Thrones»)

Connaître un événement majeur ou la fin d'une œuvre ne gâche rien, bien au contraire, répondent spécialistes du récit et psychologues.

Newsletters