Culture

Le prince Charles est un des artistes britanniques les plus riches

Temps de lecture : 2 min

La vente de lithographies du prince a rapporté plusieurs millions de livres sterling.

Photo non datée du prince Charles en train de peindre. REUTERS
Photo non datée du prince Charles en train de peindre. REUTERS

Le fils aîné de la reine Elizabeth II a beau être un des héritiers du trône britannique le moins chanceux de l’histoire (il est premier dans l’ordre de succession depuis 1952), il est en revanche un des artistes les plus riches du royaume. Selon le Telegraph, une analyse des ventes d’éditions limitées de lithographies de ses aquarelles dans la boutique de sa résidence familiale, Highgrove House, mentionne le montant de 2 millions de livres sterling (2,6 millions d'euros) depuis 1997.

D’autres estimations évaluent les revenus de sa carrière de peintre amateur à 6 millions de livres (7,8 millions d'euros) au total, pour des copies vendues entre 2.500 (3.290 euros) et 15.000 livres (19.700 euros). Tout l’argent récolté sur ces ventes est reversé à la fondation de charité du prince.

View of Beinn a'Bhuird, Cairngorms (Ecosse). 1991

Ksar Douira, Maroc. 1996

Les originaux ne sont jamais vendus, mais en 2013 le prince Charles a sélectionné 130 de ses tableaux qui ont été mis en ligne. La propriétaire de la Belgravia Gallery à Londres Anna Hunter, qui a été la première à exposer ses aquarelles à la fin des années 1980, estime qu’il s’agit «d’un travail vraiment charmant dans la tradition des aquarelles anglaises». Lors de la mise en ligne des œuvres, un critique du Telegraph avait jugé que celles-ci n’étaient pas «totalement mauvaises», mais «conventionnelles à bailler».

Newsletters

«Mortel», la série française la plus enthousiasmante de 2019

«Mortel», la série française la plus enthousiasmante de 2019

Malgré quelques légers défauts, on se laisse volontiers séduire par le dynamisme de cette petite pépite cheloue.

«Les Envoûtés» au risque des fantômes de l'amour

«Les Envoûtés» au risque des fantômes de l'amour

À la fois élégiaque et violent, le nouveau film de Pascal Bonitzer flirte avec le fantastique pour mieux raconter les vertiges et les angoisses de l'attraction entre deux êtres.

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Avec la sortie en salle, le 11 décembre, de «Lola vers la mer» de Laurent Micheli, la question de la représentation des personnes trans à l'écran se pose à nouveau.

Newsletters