Life

Crash programmé sur la Lune

Slate.fr, mis à jour le 08.10.2009 à 16 h 13

Un vaisseau va s'écraser sur la Lune; plus que prévu, l'événement est provoqué: en fait de crash spatial, c'est d'une expérience dont il s'agit, très loin des laboratoires terrestres.

La NASA enverra vendredi la fusée Centaure percuter un cratère au pôle sud de la Lune. Le but? Soulever un nuage de poussière et de débris de près de 10 km de diamètre. Dans son sillage, l'engin d'observation LCROSS recueillera les données caractéristiques des particules du nuage pour les envoyer vers la Terre, avant de s'écraser à son tour.

Ce jeu de massacre lunaire fait jubiler des centaines de scientifiques, ingénieurs et astronautes de la NASA qui observeront le phénomène depuis la Californie et Hawai. Il pourrait en effet permettre de confirmer la présence d'eau enfouie sous la surface de la Lune.

Les spécialistes de la NASA ont eu le premier indice concret de cette présence en 1999, lorsque des traces d'hydrogène furent détectées près des pôles, dans des cratères plongés en permanence dans l'obscurité. Si elle est confirmée, cette découverte pourrait avoir un impact fondamental sur le futur de la conquête spatiale, notamment concernant l'implantation d'une future base lunaire.

L'enjeu vaut bien le sacrifice des équipements de pointe transportés à bord du LCROSS. La mission kamikaze, contre laquelle s'élèvent certains activistes, a coûté près de 80 millions de dollars, et mobilisé à plein temps une équipe de 50 scientifiques pendant deux ans.

L'impact devrait avoir lieu à 13h30 heure de Paris. Les passionnés qui ont la chance de posséder un télescope d'au moins 25 centimètres de diamètre et d'habiter à l'ouest du Mississipi pourront observer le phénomène. D'après le Dr Kim Ennico, un scientifique de la NASA basé en Californie cité par le Guardian, «Quand l'impact se produira il y aura un bref flash d'environ un dixième de secondes, suivi d'un nuage de poussières. Ce dernier devrait subsister une minute à une minute et demi avant de retomber dans le cratère».

Les débris qui s'élèveront alors seront exposés à la lumière du soleil. Si des morceaux minuscules de glace s'y trouvent, comme le soupçonne la NASA, ils passeront à l'état gazeux et seront décomposés en éléments de base, qui pourront alors être analysés par les spectroscopes et les caméras infrarouges du LCROSS. Un trésor de données pour les scientifiques de haut vol de l'agence spatiale américaine.

[Lire l'article complet sur le Guardian]

Image de une: Dessin d'artiste de la séparation entre le vaisseau LCROSS et la fusée Centaure. Crédit: NASA


Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
crasheauespacefuséelune
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte