Et si la chance était un héritage familial?

La couverture du recueil «The Life and Times of $crooge McDuck», par Don Rosa.

La couverture du recueil «The Life and Times of $crooge McDuck», par Don Rosa.

Dans plusieurs civilisations et arts, la chance de l’homme est liée à un destin antérieur à ses actions.

Si la chance en français (du latin cadere, «tomber») est étymologiquement rythmique, cadence et échéance, ce «qui tombe à pic» ou «ce qui tombe dessus», l’anglais luck et l’allemand glück, qui lui est apparenté, viendraient eux du néerlandais geluk («bonheur») et de l’ancien français glic. Ce glic a deux significations, il désigne un jeu de carte (variante de la bouillotte) ou bien le hasard.

Le hasard, quant à lui, vient de l’arabe al-zahr: dé, jeu de dé. Cela est connu. L’on sait peut-être moins cette jolie chose que le jeu de dé s’appelle al-zahr parce que sur la face gagnante du petit cube se trouvait dessinée une fleur, zahr, en arabe. La chance est une fleur.

(Les Grecs de l’Antiquité, quant à eux, craignaient qu’une punition divine ne tombe sur ceux qui se croyaient trop chanceux. Nul ne devait se vanter de sa bonne fortune ou négliger de l’attribuer aux dieux, par crainte que ne se déchaîne Némésis, la Vengeance. Leur Tuchê, comme la chance française, tombe et rebondit comme une balle, se jouant des cités et des états auxquels elle semble avoir été attachée plus qu’aux personnes. Son homologue romaine est Fortuna, la déesse de la chance, dont le nom dérive du verbe latin ferre, «porter», et évoque le sort, ou la fertilité, dont la Fortune serait porteuse.)

Lier la maîtrise de la fertilité et le sort, de nombreux peuples de l’Antiquité le faisaient, dans la pratique de l’exposition, qui condamnait les nouveaux-nés à la mort, mais non sans leur laisser une chance de survie. Pas tous, cependant, et ni les Egyptiens ni les juifs n’approuvaient cet abandon. Lorsqu’un malchanceux enfant venait au monde, handicapé, laid, illégitime, surnuméraire ou plus simplement fille, on l’exposait, l’abandonnant à la nature, comme cet Œdipe dont le nom signifie «pieds enflés», attaché à un arbre sur le Mont Cithéron. Si, comme Œdipe, l’enfant avait la chance de survivre, ou si au contraire il mourrait, alors c’est qu’il devait en être ainsi pour lui. Le petit mort avait bien été porteur d’une faute ou d’un mal; le petit survivant était bien destiné à un grand destin, le plus souvent celui d’un fondateur. Le psychanalyste Otto Rank a montré que l’exposition et l’adoption par un couple «inférieur» au couple de géniteur (souvent des serviteurs, voire des animaux) sont constitutives des récits héroïques. Le héros est avant tout celui qui a eu de la chance.

Baraka et providentia

Ce mode de pensée, par lequel la chance de l’homme est liée à un destin antérieur à ses actions, existe dans plusieurs religions: on y reconnaît la roue des réincarnations de l’hindouisme, la baraka musulmane, la Grâce protestante. La chance devient alors la rétribution d’une vie passée, le signe d’une l’élection, celui de la grâce de Dieu. (Lorsqu’un bâtiment non assuré brûle dans Les Revenants d’Ibsen, est-ce un effet de la malchance ou de la Providence? Providentia, la «prévoyance», est liée à la bonne économie, mais surtout, pro-videre, à ce qui se voit avant, à ce qui se voit tout simplement).

Une chance qui donne à voir la vérité de l’être, une chance signe du jugement favorable de Dieu: de cette logique procède l’ordalie, dont on trouve déjà la trace dans le code d'Hammourabi, pratique courante dans l’Europe médiévale.

Dans l’ordalie unilatérale, un accusé doit prouver son innocence, par une épreuve qui le confronte aux éléments naturels. Il peut le faire en portant une barre de fer rougie ou en marchant sur elle. Sa main ou son pied sont ensuite bandés, puis examinés. Si la plaie est bien cicatrisée après trois jours, l’accusé est reconnu innocent (d’où l’expression: «mettre sa main au feu»). L'ordalie par l'eau froide est souvent réservée aux sorcières. Dans l'ordalie bilatérale, deux plaignants s’affrontent en duel. Ou encore, les plaignants doivent se tenir les bras levés. Le premier à baisser les bras avait tort, il avait «baissé les bras».

Dans une analyse non religieuse de l’ordalie, on peut identifier la chance à une physiologie, et la situer du côté du plus fort. Les chanceux sont innocents. Et les malchanceux coupables.

Plus tard dans le Moyen Âge, comme encore à l’époque élisabéthaine, on se représente la chance sous la forme d’une roue de la Fortune, de la Fortuna latine, un jour en haut, un jour en bas. La chance retrouve alors son sens étymologique de retour et de retournement: ainsi de la fortune des navires en mer, qui se retournent et font naufrage, ou s’en retournent à bon port.

Enjeu économique

Shylock and Jessica (Maurycy Gottlieb)

Dans Le Marchand de Venise de Shakespeare, pièce de la fin du XVIe, l’enjeu du pari sur la bonne fortune d’un navire marchand est une livre de chair réclamée par l’usurier Shylock, à la fois rien, et tout, parce qu’une part de soi-même. Celui qui prend ce risque dérisoire et exorbitant s’appelle Antonio. De manière intéressante, il s’agit d’un personnage mélancolique. Antonio malchanceux ne peut faire face à l’échéance et Shylock, humilié par le traitement imposé aux Juifs à Venise, exige son dû. Mais que diable Antonio allait-il faire dans cette galère?

(L’expression vient de la célèbre réplique des Fourberies de Scapin, de Molière. La galère turque imaginaire dont il est question coûtera cher au barbon. Car dans Le Marchand de Venise comme dans Les Fourberies de Scapin, les enjeux de la chance sont d’abord économiques. Mais dans les deux pièces, cette chance économique se confond avec la bienveillance et le bon sens, se provoque par l’habileté, et s’incarne en une femme amoureuse, Portia, et un valet dévoué, Scapin, tous deux «maîtres du jeu»).

L’enjeu de la chance s’avère économique également dans Le Joueur de Dostoïevski, dont le héros, un jeune noble russe séjournant dans une ville d’eau, choisit de miser sur sa chance plutôt que dans l’économie ou le placement.

«Cinquante ans peut-être, ou soixante-dix ans plus tard, le petit-fils du premier Vater dispose déjà d’un capital respectable qu’il transmet à son fils, son fils au sien, celui-ci à son fils, ce dernier au sien et, au bout de cinq ou six générations, il en sort le baron Rotschild en personne… Et bien, Monsieur, n’est-ce pas là un spectacle grandiose ; ce labeur, poursuivi durant cent ou deux-cents ans avec patience, intelligence, honnêteté, force d’âme, fermeté, prudence, et la cigogne sur le toit!… […] Eh bien, Messieurs, je vous le dis: je préfère, en vérité, mener une vie scandaleuse à la russe ou m’enrichir à la roulette… Et je n’estime pas que mon être tout entier puisse être réduit à un simple apport nécessaire à l’augmentation d’un capital.»

La chance, tentée à la roulette, devient pour lui «la seule issue», la «planche de salut», une manière de se soumettre à la volonté divine, de reproduire la passion du Christ, une manière d’être russe. Sans doute moins immédiatement dangereuse que la tout aussi identitaire roulette russe… mais le joueur n’en risque pas moins beaucoup.

Trois types de chance et de malchance

Deviendra-t-il riche comme Crésus? Ou comme Picsou? Car les canards des dessins d’animation de Walt Disney se répartissent du point de vue de la chance en trois types: Donald, le malchanceux, toujours endetté, son cousin Gontran, jouissant d’une chance jamais démentie, et Picsou, l’oncle millionnaire, dont la chance tient au travail et à son sou porte-bonheur!

Le chanceux Gontran Bonheur a une chance insolente qui ne se partage pas, ne se transmet pas et n’engendre rien. Mais elle le protège toujours et lui permet de jouir infiniment. Jouissance toute matérielle, qui n’évite à Gontran ni les échecs amoureux ni une forme de solitude.

A l’inverse, Donald, qui n’a jamais de chance, ni d’argent, est aimé de Daisy et de ses trois neveux, Riri, Fifi et Loulou.

L’oncle Balthazar Picsou (en anglais Scrooge McDuck) a la chance qu’il se donne, au prix d’un travail acharné et d’une vigilance permanente. Avaricieux, il tient son nom du Scrooge de Charles Dickens dans Un chant de Noël. Quant au «Mc» de son patronyme, il évoque des origines écossaises et tous les clichés qui les accompagnent.

Picsou a amassé une énorme fortune entassée dans un coffre-fort. Mais parmi les montagnes d'argent qui y sont accumulées et sur lesquelles il campe, une pièce joue un rôle à part, son premier sou gagné, son «sou-fétiche», dont il reconnaît le son entre tous. Il s'agirait d'un dime de 1875 –gagné en cirant les chaussures à Glasgow, en Ecosse où un dime américain ne vaut pas grand chose. Mais la pièce viendrait en fait du père de Picsou, qui l’aurait donnée pour que son fils la gagne, lui transmettant ainsi à son insu le goût du travail et un projet d’émigration aux Etats-Unis.

La chance serait-elle finalement un message familial transmis à notre insu?

Retrouvez l'ensemble de notre dossier réussite, avec notre partenaire Question(s) de chance.

 

Partager cet article