Culture

«Mad Max: Fury Road», même accéléré douze fois, reste compréhensible

Temps de lecture : 2 min

Un monteur américain s'est amusé à accélérer cinq blockbusters afin de savoir ceux qui passaient le test.

Un film comporte en moyenne 1.250 plans. Les blockbusters et les films d'action, avec leur rythme effrené, approchent plus souvent les 3.000 plans. Les coupes deviennent un alors un mimique pour rendre le film plus haletant. Mais cela peut vite se révéler superficiel.

Pour tester les faiblesses des blockbusters et voir ceux qui tiennent la route, Vashi Nedomansky, monteur à Los Angeles qui a travaillé sur Gone Girl ou Deadpool, a voulu accélerer cinq films d'action au montage très «cut»: Domino, La Vengeance dans la peau, Taken 3, Resident Evil: Apocalypse, et Mad Max: Fury Road. Dans sa vidéo de dix minutes, les plans sont ainsi réduits à deux secondes en moyenne.

«Vous verrez que le travail minutieux fait sur Mad Max: Fury Road survit à cette importante accélération», conclut Vashi Nedomansky dans un billet publié sur son blog. Il explique qu'il regarde souvent les films qu'il monte en accéléré pour voir si le rythme est bon et la variété d'images satisfaisante. «En accélérant les images, je peux vraiment voir où sont l'intensité et l'énergie et j'utilise ça pour améliorer mon travail.»

Correction: Une première version de l'article indiquait par erreur qu'un film comportait en moyenne 1.250 images et non plans.

Slate.fr

Newsletters

 «Crépuscule» de Juan Branco, ce qu'il faut garder et ce qu'il faut jeter

«Crépuscule» de Juan Branco, ce qu'il faut garder et ce qu'il faut jeter

L’auteur livre une cartographie intéressante des réseaux de pouvoir en France, mais semble s'arranger avec la vérité.

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

Amos Gitaï assemble des situations à bord du transport en commun pour composer avec humour et émotion l'esquisse d'une appartenance collective à un monde que tout divise.

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Pourquoi vouloir tout comparer et classer, comme si les critères de jugement étaient systématiquement identiques d'une œuvre à l'autre?

Newsletters