Partager cet article

Les Babyloniens calculaient les mouvements de Jupiter 1.400 ans avant les Européens

REUTERS/NASA/ESA and E. Karkoschka/Handout via Reuters

REUTERS/NASA/ESA and E. Karkoschka/Handout via Reuters

Un historien de l'astronomie a déchiffré les inscriptions de quatre tablettes.

Entre l'an 350 et 50 avant JC, les scientifiques babyloniens utilisaient déjà des calculs géométriques pour déterminer la position de Jupiter, près de quatorze siècles avant les savants européens.

C'est un historien de l'astronomie, Mathieu Ossendrijver, qui a fait cette découverte en examinant plusieurs tablettes babyloniennes en argile, rapporte le Washington Post. Les résultats de son étude, publiée dans la revue Science, montrent que les scientifiques de Mésopotamie, l'actuel Irak, utilisaient des calculs géométriques pour décrire la position de la planète à soixante et cent vingt jours.

À l'écoute du dieu Marduk

Jusqu'ici, on pensait que des savants européens à Oxford et Paris avaient découvert cette technique au XIVe siècle, mais le travail d'Ossendrijver montre que les Babyloniens avaient été précurseurs.

Comme le rapporte le site de la radio NPR, ces savants babyloniens voulaient connaître les mouvements de Jupiter pour comprendre les volontés de leur dieu Marduk, afin de prévoir des événements comme les récoltes à venir. 

Cela faisait plusieurs années qu'Ossendrijver, qui est historien à l'université Humboldt à Berlin, essayait de comprendre les inscriptions sur quatre tablettes recouvertes d'écriture cunéiforme exposées au British Museum de Londres.

«Un espace complètement abstrait»

Il voyait qu'il s'agissait de géométrie –les inscriptions évoquaient des trapézoïdes– mais les stèles demeuraient incompréhensibles. Lorsqu'un archéologue à la retraite lui a donné des photos d'autres stèles, Ossendrijver en a remarqué une avec des abréviations de calcul qu'il a immédiatement reconnues, et cela lui a permis de faire le lien avec les autres, et de confirmer qu'il s'agissait des positions de Jupiter. 

«C'est de la géométrie, ce qui en soi est très ancien, mais c'est appliqué d'une façon complètement différente, pas à des champs, ou à quelque chose de réel dans l'espace, mais à quelque chose qui existe dans un espace complètement abstrait.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte