Sciences

Admirez la beauté des «blooms phytoplanctoniques»

Temps de lecture : 2 min

On ne les appelle pas «aurores boréales de la mer» pour rien.

La formation d'une efflorescence algale près de l'île suédoise de Gotland, dans la mer Baltique | Nasa Goddard via Flickr CC License by

Observé depuis l'espace, le phénomène climatique de «bloom phytoplanctonique», aussi appelé efflorescence algale, est un plaisir pour les yeux. En règle générale, il se présente comme un grand nuage sous-marin et se distingue par un important contraste de couleurs, oscillant entre le vert, le bleu et l'orange en fonction des régions.

Pour autant, il n'y a pas toujours matière à se réjouir de l'apparition soudaine de tels phénomènes dans nos mers, océans ou étendues d'eau douce (lacs, étangs, mares). Car si la floraison phytoplanctonique peut être, dans certains cas, le signe d'une bonne santé d'un système aquatique, la prolifération et la concentration de telles algues sur une durée trop étendue peuvent, à l'inverse, devenir une menace pour l'écosystème marin.

Une efflorescence algale trop dense –qu'elle soit d'origine naturelle, provoquée par l'activité humaine ou par la pollution des sols– peut provoquer un appauvrissement en oxygène des eaux et, par voie de conséquence, être à l'origine d'un déséquilibre de la chaîne alimentaire ou du péril de la vie marine, explique Atlas Obscura.

Voici, malgré tout, quelques jolis exemples:


La côte estonienne vu du ciel | Mapbox via Flickr


L'île suédoise de Gotland dans la mer Baltique | Nasa Goddard via Flickr


La mer de Barents, au nord de la Norvège | Nasa Goddard via Flickr


Le golfe de Gascogne, entre la France et l'Espagne | Nasa Goddard via Flickr


La mer de Marmara qui borde notamment la Turquie | Nasa Goddard via Flickr


La Bretagne, dans l'ouest de la France | Nasa/GSFC via Wikimedia

Newsletters

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

L'Union européenne semble se focaliser sur la réduction des émissions de dioxyde de carbone. Quitte à oublier la perte de biodiversité massive.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio