Partager cet article

L'homme qui valide les emojis a 63 ans

Emojis disponibles sur les claviers d'iPhone | Montage Slate.fr

Emojis disponibles sur les claviers d'iPhone | Montage Slate.fr

Mark Davis est l'un des fondateurs du consortium Unicode. Il dévoile quelques informations sur le comité qui valide les emojis.

Avant de créer le consortium Unicode, une organisation californienne à but non lucratif, chargée de développer des standards internationaux permettant les échanges entre différents terminaux, Mark Davis a travaillé pour Apple ou IBM et officie désormais chez Google. 

À 63 ans, il est aujourd’hui à la tête de cette organisation lancée dans les années 1980 (qui a besoin d’argent et faisait appel en décembre 2015 à la générosité des internautes). Et il est chargé d’uniformiser puis de valider les nouveaux emojis, entre autres choses. Le Los Angeles Times l’a rencontré pour en savoir plus sur le comité chargé de cette importante mission.

Mark Davis sait ainsi dire combien il y a d’emojis actuellement (1.624), combien de nouveaux emojis sont pour l’instant à l’étude pour être ajoutés à la liste actuelle (70). Et explique:

«Tout le monde peut proposer un nouvel emoji, mais il faut le défendre avec de solides arguments. Le processus et le calendrier sont indiqués sur la section du site du consortium dédiée aux emojis. [...] Il faut aussi nous fournir une image en noir et blanc et en couleur de ce à quoi ça ressemble. L’image sera souvent adaptée par l’exploitant [Apple, Google, Facebook...; NDLR].»

Critères

Il détaille les critères d’acceptation ou de refus:

«Nous n’acceptons pas d’emoji qui représente une personne ou un personnage, une divinité, un logo ou quoi que ce soit lié à un produit particulier. Nous essayons de déterminer la fréquence à laquelle cet emoji va être utilisé. C’est un facteur très important dans notre décision.»

Il précise ensuite pourquoi il a fallu si longtemps pour que les emojis puissent représenter des visages de différentes couleurs. Si cela a pris un an, c’est parce qu’ils doivent s’assurer que toutes ces nuances peuvent apparaître sur tous les écrans et soient compatibles avec tous les appareils.

Le comité se réunit toutes les semaines pendant quarante-cinq minutes, souvent par téléphone ou via Skype. The New York Times précisait en novembre 2015 que des membres d’Apple, Google, Facebook et d’autres groupes de la Silicon Valley y siègent –pas forcément les «millenials»qui utilisent le plus les emojis. Ce tweet publié en octobre 2015 s’amuse ainsi du secret qui règne autour de la composition de ce groupe d’une douzaine de personnes: 

 

«Rare aperçu du comité du consortium Unicode alors qu’ils célèbrent les nouveaux ajoutés à la liste.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte