Culture

Abe Vigoda, l’homme qui était mort trois fois

Repéré par Sacha Nelken, mis à jour le 27.01.2016 à 16 h 08

Repéré sur The Washington Post

L'interprète du mafieux Sal Tessio, un des bras droit du très célèbre Don Corleone, est mort (pour de vrai) mardi 26 janvier à l’âge de 94 ans.

 Photo of Abe Vigoda as Phil Fish from the television program Fish. | ABC Television via Wikipedia Commons License by[

Photo of Abe Vigoda as Phil Fish from the television program Fish. | ABC Television via Wikipedia Commons License by[

Mourir plusieurs fois n’est pas possible mais l’acteur américain Abe Vigoda, notamment connu pour son rôle du mafieux Sal Tessio dans la mythique saga Le Parrain, fait exception. Il est décédé pour la «troisième fois» mardi 26 janvier 2016 dans sa quatre-vingt-quinzième année. Comme l’a annoncé son manager Sid Craig, il est mort de vieillesse chez sa fille, dans le New Jersey. Mais, si l’on se réfère aux dires des médias américains, Abe Vigoda serait déjà mort en 1982 et 1987, comme l’explique le site du Washington Post.

C’est en 1982 que le comédien new-yorkais, né en 1921, est mort pour la première fois. C’est un journaliste du magazine People qui l’a annoncé par mégarde alors qu’il suivait le tournage de la série Barney Miller, qui a grandement participé à la notoriété de Vigoda. Faisant le compte-rendu du tournage du dernier épisode de la série, sur lequel le comédien, âgé alors de 60 ans, était absent, le reporter écrit –on ne sait pourquoi– «feu Abe Vigoda» dans son article. L’acteur ne prend pas mal l’erreur du journaliste: il lui répond de façon ironique par une photo dans Variety, où il se met en scène assis dans un cercueil avec le magazine à la main.

En 1987, de nouveau, un journaliste d’une télévision locale du New Jersey annonce sa mort par erreur. Erreur corrigée dans l’émission du lendemain. Le Washington Post rapporte aussi que, dans une interview accordée au Toronto Star en 1988, le comédien raconte que de nombreuses cartes de condoléances sont envoyées à son épouse.

Running gag

Petit à petit, une sorte de running gag se met en place autour des fausses annonces de mort de l’acteur, ce qui l’amuse plutôt. Il accepte tout au long de sa vie de se mettre en scène avec humour, comme lors des fameux late shows américains et notamment dans celui de David Letterman en 1988, dans lequel il apparaît comme étant son propre fantôme.

 

La plaisanterie a persisté et s’est même amplifiée avec la naissance d’internet. En 2001, le site internet abevigoda.com est mis en ligne dans le seul but de faire savoir aux internautes si Abe Vigoda est mort ou non. Il a donc été mis à jour pour la dernière fois ce mardi 22 janvier dernier, où, après quinze années sous le statut de «vivant», il est passé à celui de «mort»Le compte Twitter «Abe Vigoda Status» a décliné l’idée sur le réseau social à partir du 21 décembre 2015: un tweet «dead» a clos la série de trente-huit tweets «Still alive».

De même, la page Facebook «Abe Vigoda Fact» a été créée à la manière des «Chuck Norris facts». On peut notamment y voir des photos publiées à la mort de chaque personnalité qui mettent en scène un dialogue entre Abe Vigoda et la personne disparue. Par exemple, pour la mort de Christopher Lee, l’interprète de Saroumane dans Le Seigneurs des Anneaux, en juin 2015, une photo de l’acteur dans son rôle de sorcier disait: «Vous ne pensez pas qu’un sorcier pourrait survivre à Abe Vigoda, il n’y a personne qui puisse.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte