Monde

Le document le plus consulté dans les archives du FBI n'a rien à voir avec Roswell

Eric Grundhauser, traduit par Peggy Sastre, mis à jour le 27.01.2016 à 17 h 10

Mais il y est tout de même question d'extraterrestres.

Atterrissage extraterrestre | Vladimir Pustovit via Flickr CC License by

Atterrissage extraterrestre | Vladimir Pustovit via Flickr CC License by

Depuis ce dimanche 24 janvier, nous pouvons savourer de nouveaux épisodes d'X-Files, soit l'une des séries télévisées les plus résistantes de l'histoire, débutée en 1993. Dans ce monde fictif, les agents du FBI Mulder et Scully ont maille à partir avec le gouvernement fédéral, repaire d'obscurs complots et de dossiers ultra-secrets sur les extraterrestres (mais aussi les génies, Dieu, les loups-garous et autres créatures aussi mystérieuses qu'insaisissables).

Vu la popularité de la série, et la ténacité générale des ufologues conspirationnistes, comment s'étonner que l'archive la plus consultée sur The Vault –la «chambre forte», la bibliothèque électronique du FBI– soit un document qui, pour beaucoup, aurait parfaitement pu se glisser dans les célèbres «classés X»? Surnommé «Hottel Memo» dans les cercles les plus paranoïdes, ce rapport rend officiellement compte d'une histoire d'Ovni. Il a été consulté plus d'un million de fois depuis 2011, date de sa première mise en ligne. 

Petits hommes verts

Le mémo date de mars 1950, soit trois ans après le célébrissime crash de Roswell. Il s'agit ni plus ni moins d'une feuille tapée à la machine détaillant succinctement une découverte d'Ovni. Le mémo a été rédigé par un agent du FBI, Guy Hottel, à l'époque responsable des opérations extérieures du bureau de Washington. Dans son rapport, il consigne le témoignage d'un enquêteur de l'armée de l'air américaine affirmant avoir récupéré trois soucoupes volantes, flanquées de leur équipage au grand complet.

Selon cet enquêteur, cité par Hottel, les appareils auraient été trouvés au Nouveau Mexique. Leur description semble tout droit sortie d'un film de série B. Ils étaient «circulaires et bombés au centre, d'un diamètre avoisinant les 50 mètres».

Des êtres de forme humaine, sans dépasser les 90 centimètres de haut, vêtus d'un tissu métallique au maillage très fin

Lu dans l'Hottel Memo

Et le passage sur l'équipage des Ovni n'a rien à envier aux classiques de la SF. Les petits hommes verts étaient «de forme humaine, sans dépasser les 90 centimètres de haut, vêtus d'un tissu métallique au maillage très fin. Chaque corps était bandé d'une façon similaire aux combinaisons des pilotes de chasse ou de voitures de course». Les soucoupes se seraient écrasées en passant dans le champ d'un radar militaire, qui aurait perturbé leurs commandes. Sur quels éléments se fonde Hottel pour arriver à cette conclusion? Son rapport ne le dit pas.

Un témoignage de «seconde ou troisième main»

Comme tous les mémos du FBI de l'époque, le document est directement adressé au directeur du FBI, J. Edgar Hoover, lui-même célèbre pour sa paranoïa. En bas du document, une annotation précise sèchement que le rapport n'a même pas été survolé.

Si tout un chacun pouvait consulter le rapport depuis les années 1970, grâce à Bruce Maccabee, physicien de la Navy, qui y avait accédé en vertu de la Freedom of Information Act, il faudra attendre 2011 et sa mise en ligne sur The Vault pour que l'Hottel Memo gagne une réelle popularité. À l'époque, des médias avides de sensationnalisme s'étaient jetés sur cette histoire et l'avaient présentée comme la preuve ultime des fricotages entre FBI et paranormal.

Quelques années après, une fois la sauce bien montée, le FBI s'était fendu d'un billet de blog exaspéré visant à clore toute spéculation. L'article expliquait que le mémo rendait simplement compte d'un témoignage «de seconde ou de troisième main» et précisait que le Bureau ne lui avait jamais donné la moindre suite. En outre, le billet fermait toutes les portes susceptibles de déboucher sur Roswell. «Pardon, rien ne prouve l'existence des Ovni», concluait-il laconiquement.

Un coup de Silas Newton

Si l'on se fie aux explications lapidaires du FBI, quelle serait donc la véritable origine du Hottel Memo? Pour certains experts, le rapport pourrait remonter à un escroc de l'époque, Silas Newton. En cherchant dans les archives du FBI, on retrouve ce Newton derrière plusieurs arnaques à base d'Ovni ou d'engins supposément capables de trouver du pétrole.

Le mémo ne pourrait être, au final, qu'une banale histoire de téléphone arabe

Dans un article démystifiant le mémo, il est dit que Newton aurait raconté cette histoire à un publicitaire radiophonique, qui l'aurait racontée à ses voisins, qui l'auraient transmise à un vendeur de voitures, qui l'aurait relayée à un journaliste de Kansas City, qui en aurait parlé dans le Wyandotte Echo. Article qu'aurait lu l'enquêteur aérien, source de Hottel. Reste que le FBI n’établira jamais de lien direct entre Newton et l'Hottel Memo.

L'ère de la rumeur

Rétrospectivement, il se pourrait bien que ce mémo rende simplement compte, sur un mode bureaucratique, des rumeurs sur les Ovni et autres crashs d'aliens qui commençaient à se faire insistantes à l'époque. À l'instar d'autres documents similaires, ce qui pourrait passer pour la véritable histoire des petits hommes verts débarqués sur Terre ne pourrait être, au final, qu'une banale histoire de téléphone arabe.

Quoi qu'il en soit, l'Hottel Memo demeure le document le plus consulté sur The Vault, surpassant même les statistiques du véritable rapport Roswell, et ce largement grâce à des articles comme celui que vous avez sous les yeux. À l'évidence, l'Agent Mulder n'est décidément pas le seul à vouloir y croire.

Eric Grundhauser
Eric Grundhauser (7 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte