Partager cet article

Si les extraterrestres sont silencieux, c’est parce qu’ils sont tous morts

Les extraterrestres sont peut-être morts avant même d’avoir pu devenir des êtres évolués et intelligents | MIKI Yoshihito via Flickr CC License by

Les extraterrestres sont peut-être morts avant même d’avoir pu devenir des êtres évolués et intelligents | MIKI Yoshihito via Flickr CC License by

Des chercheurs font l’hypothèse que la vie sur d’autres planètes est bien apparue mais qu’elle s’est arrêtée très vite.

Les scientifiques ont beau découvrir des milliards de planètes habitables hors du système solaire, rien n’y fait: on n’y trouve aucune trace de vie. Et les extraterrestres ne nous ont toujours pas fait signe non plus. Est-ce parce que l’univers est si grand que toute forme de vie a de grandes chances de ne pas repérer les signaux que nous lui envoyons et nous de passer à côté d’elle? Ou tout simplement parce qu’il est très peu probable que la vie émerge? Des chercheurs viennent d’émettre une nouvelle hypothèse dans la revue Astrobiology, signale le Washington Post. Selon eux, la vie extraterrestre n’est pas si rare: elle a seulement été arrêtée en cours de route. En résumé, les aliens n’existent plus: ils seraient déjà tous morts.

L’idée qui sous-tend leurs travaux (théoriques et qui demandent donc à être confirmés) est que la vie est souvent trop fragile pour survivre et ne dépasse que très rarement le stade cellulaire car elle n’évolue pas assez vite en des organismes intelligents. «Maintenir la vie sur une planète rocheuse et humide revient à monter un taureau sauvage. La plupart des formes de vie tombent», soulignent les auteurs.

Cercle vertueux

Leur argument est que la vie sur Terre n’a pas seulement profité des conditions de vie propices de notre planète bleue pour évoluer. «Les premiers stades de la vie (sur Terre et ailleurs) ne sont pas des passagers inactifs», écrivent-ils. D’après eux, la vie microbienne a contribué à stabiliser le climat terrien, préservant ainsi des conditions habitables permettant aux organismes vivants d’évoluer, et ainsi de suite, tandis que les formes de vie qui ont peut-être existé sur les planètes Vénus et Mars ont échoué à ce faire. Résultat: Vénus est devenue bien trop chaude pour abriter la vie tandis que le climat de Mars est devenu trop glacial.

Si nous n’avons pas encore trouvé de trace de vie extraterrestre, ce ne serait donc pas en raison de la faible probabilité de l’émergence de la vie mais à cause de la rareté de ce cercle vertueux, qui nécessite une planète habitable, l’apparition de la vie et une évolution suffisamment rapide pour que ladite planète le reste. Cela signifie donc que les astronautes et les robots envoyés en exploration spatiale devraient chercher des fossiles de microbes primitifs, synthétise le Washington Post.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte