Sciences

Pourquoi certaines personnes sont systématiquement en retard

Temps de lecture : 2 min

Les retards compulsifs ont une multitude de causes.

Le retard chronique s’explique | Russ Sanderlin via Flickr CC License by
Le retard chronique s’explique | Russ Sanderlin via Flickr CC License by

«En retard, en retard. J'ai rendez-vous que'que part. Je n'ai pas le temps de dire au revoir.» On connaît tous quelqu’un qui ressemble au lapin pressé d’Alice au pays des merveilles, quelqu’un qui est invariablement en retard et qui, pourtant, n’a pas pour objectif de se faire attendre (ni de vous faire faire le pied de grue). Mais pourquoi alors devez-vous à chaque fois lui donner une heure de rendez-vous plus précoce (un quart d’heure d’avance voire plus sur la réelle heure de vos retrouvailles) pour espérer que cette personne arrive à l’heure? Le site de Pacific Standard a quelques éléments de réponse.

Contrairement à ce que laissait entendre une étude menée en 2001, selon laquelle les personnes ambitieuses avaient une notion du temps assez exacte et celles plus artistiques du mal à évaluer le temps qui passe sans avoir l’œil rivé à leur montre, le type de personnalité des individus concernés (et leur horloge interne) n’est pas le seul en cause. «Il n’y a pas qu’une seule raison» à ce manque chronique de ponctualité, explique à Pacific Standard Ron Helpman, thérapeute spécialisé dans les comportements retardataires.

Certes, souvent, ces personnes souffrent d’un idéalisme chronique: «Elles sous-estiment le temps que va prendre [le trajet]. Elles ne penseront pas au chemin à parcourir jusqu’à la voiture, ou au temps que cela prendra de se garer ou d’attendre l’ascenseur. Elles présument que tout se passera à la perfection.» Mais, pour certains, arriver en retard peut être perçu comme une perte de temps, car cela signifiera attendre, ce qui les ramène à «des sentiments d’impuissance et d’abandon». Tandis que, pour d’autres, qui ne sont pas du matin, le fait d’appuyer sur la fonction «snooze» du réveil expliquera leur réveil tardif et donc leur arrivée retardée. Pour d’autres encore, c’est une habitude acquise: après avoir habité tout près de l’école pendant leur enfance, ils ont l’impression que partir au dernier moment ne posera pas problème. Ou alors c’est parce que se préparer pour aller au travail le matin n’est pas très divertissant: «Les retardataires chroniques se motivent seulement quand ils réalisent qu’ils vont être en retard.»

Quelle que soit la raison qui cause le retard, il faut avant tout l’identifier pour pouvoir la combattre, rappelle le spécialiste. Il n’y a pas de solution universelle. En revanche, ce qu’il faut à tout prix éviter si vous souhaitez que votre ami(e) arrive à l’heure (un jour) à vos rendez-vous au lieu de vous envoyer par SMS «je suis en chemin» alors qu’il n’a pas encore enfilé ses chaussures, c’est de mépriser son comportement car, s’ils se sentent incompris, un cercle vicieux peut se mettre en place. Vous leur reprochez d’arriver en retard? Cela peut avoir tendance à générer une prophétie autoréalisatrice, explique Ron Helpman. Voilà ce qu’ils peuvent se mettre à penser: «Ah, tu ne te rends pas compte à quel point c’est dur pour moi d’arriver à l’heure? Eh bien, pas la peine que je fasse un effort. Tant pis pour toi...» Vous serez prévenu.

En savoir plus:

Newsletters

Vos maux de tête ne proviennent pas de votre cerveau

Vos maux de tête ne proviennent pas de votre cerveau

Le cerveau n'a pas de récepteurs de la douleur, ce qui permet des opérations chirurgicales spectaculaires. Mais s'il ne ressent aucune douleur lui-même, il perçoit néanmoins toute la douleur du corps.

Plus vous êtes proche de quelqu'un, moins vous êtes susceptible de l'écouter attentivement

Plus vous êtes proche de quelqu'un, moins vous êtes susceptible de l'écouter attentivement

Voilà pourquoi vous n'écoutez jamais votre partenaire.

Espérance mathématique et désespoir climatique: pourquoi il est rationnel de paniquer

Espérance mathématique et désespoir climatique: pourquoi il est rationnel de paniquer

[TRIBUNE] Considérer les pires scénarios ne fera que nous aider à prendre des mesures fortes et rapides, pour l'instant ralenties par l'inertie de nos habitudes et le conservatisme politique.

Newsletters