Monde

«En mémoire du défunt, ne votez pas pour Trump»: aux Etats-Unis, les avis de décès se politisent

Temps de lecture : 2 min

Donald Trump dans l'Ohio, le 23 novembre 2015 I REUTERS/Jay LaPrete
Donald Trump dans l'Ohio, le 23 novembre 2015 I REUTERS/Jay LaPrete

Publiée dans le journal local Pittsburgh Post-Gazette, la nécrologie de Jeffrey Cohen, un chiropracteur décédé cette semaine à l’âge de 70 ans, se termine par un message politique inattendu:

«Jeffrey vous demande qu'au lieu d’envoyer des fleurs, vous ne votiez pas pour Donald Trump.»

Aux Etats-Unis, les avis de décès incluent souvent des recommandations d’organisations charitables, pour les proches qui veulent honorer la memoire du défunt en donnant de l’argent à une cause qui lui était chère. La phrase type est en général: «Au lieu d'envoyer des fleurs, vous pouvez faire des donations à telle organisation.»

Mais les proches de Jeffrey Cohen ont eu la bonne idée d'adapter cette convention pour la campagne présidentielle (même s’il est précisé que des donations à une fondation éducative sont aussi bienvenues).

Ce docteur de Pittsburgh n’est pas le premier à avoir une nécrologie politisée. Cet été, Fox News rapportait le cas d’une femme décédée dans le New Jersey, qui avait également tenu à faire connaître ses dernières volontés politiques:

«Elaine demande qu’au lieu d’envoyer des fleurs, vous ne votiez pas pour Hillary Clinton».

Son mari avait ainsi résumé les opinions politiques tranchées de sa femme:

«Plus elle apprend de choses sur Hillary, plus elle la déteste.»

En règle générale, Clinton semble être la candidate qui a pour l'instant généré le plus de haine post-mortem. En avril, en Caroline du Nord, les proches d'un Républicain avaient écrit dans sa nécro:

«La famille demande respectueusement que vous ne votiez pas pour Hillary Clinton en 2016. R.I.P. Grand-papa».

Même intention ici, dans un avis de décès publié dans un journal de l'Indiana:

«A la place de fleurs, s'il vous plaît ne votez pas pour Hillary. Pas de problème mec! Je vais respecter tes voeux!»

En son temps, Barack Obama avait aussi été cité de cette façon dans quelques nécrologies, dont celle-ci, d'un entrepreneur décédé en 2010 en Géorgie.

«Au lieu de fleurs, la famille demande respectueusement que toute donation soit envoyée à l'American Cancer Society, ou à la campagne de quiconque se présentera contre Barack Obama en 2012.»

Certains sont encore plus radicaux, comme ici, dans l'Oklahoma, en 2015:

«En l'honneur de J, la famille demande que vous écriviez à votre représentant au Congrès pour demander la démission de Barack Obama.»

Slate.fr

Newsletters

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

La guerre Iran-Israël n'aura pas lieu (du moins pas tout de suite)

La guerre Iran-Israël n'aura pas lieu (du moins pas tout de suite)

Si l’escalade militaire entre Téhéran et Tel-Aviv sur le théâtre syrien est inédite, les enjeux géopolitiques dans la région réduisent les risques de dérapage en guerre ouverte.

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Newsletters