France

Eric Besson, «traître et infidèle»

Slate.fr, mis à jour le 30.10.2013 à 14 h 21

Eric Besson est une star. Passé en deux ans du poste de secrétaire nationale du PS à celui de ministre de l'Immigration de Nicolas Sarkozy, il est désormais omniprésent dans les médias. Au printemps, sa nomination à ce poste hautement symbolique avait déclenché un véritable tollé médiatique et au sein de la gauche, où beaucoup y ont vu la transgression ultime, d'autres une trahison de plus pour un homme sans morale. Fin septembre, il faisait le tour des journaux télévisés pour défendre la fermeture de la «jungle» de Calais.

Aujourd'hui, Le Parisien et L'Express lui consacrent leur Une. Le quotidien titre «Le mystérieux Monsieur Besson» pour son dossier de quatre pages retraçant son parcours personnel et politique. Sur sa situation actuelle, le quotidien écrit: «aujourd'hui, Besson, également secrétaire général adjoint de l'UMP, passe pour le “chouchou” du Président. Ni sa maladresse sur les tests ADN, ni l'évacuation ronflante et vaine de la «jungle» de Calais, ni son doigt d'honneur à une caméra de Canal +, n'ont entamé le soutien du président, dont il s'empresse d'exécuter la moindre volonté, comme ce “charter” franco-britannique d'Afghans, pour l'instant repoussé.»

L'autre actualité du ministre, c'est L'Express qui en fait état en publiant de son côté les bonnes feuilles du livre que s'apprête à sortir son ex-femme, Manuel de guérilla à l'usage des femmes. Ayant vécu plus de trente ans avec Eric Besson, Sylvie Brunel dresse un portrait peu flatteur, mais dans lequel elle étrille «les hommes en général» plutôt que «l'ex-mari en particulier», selon l'hebdomadaire.

Besson reconnaît qu'il a «essayé de la convaincre de ne pas le faire», sans succès, mais a quand même réussi à faire éditer le livre par son propre éditeur. Il a également eu le droit de lire les passages le concernant, et s'est engagé à ne pas intenter de procès.

Et pourtant, jamais les détails de la vie privée d'un ministre en activité n'avait été relatés avec autant de précision. La mariage par exemple: «Le maire énonce les principes bien connus du Code civil: “Les époux se doivent mutuellement fidélité, secours, assistance...” Eric l'interrompt alors d'une voix claire: “Secours, assistance, oui. Fidélité, non.” Stupeur de l'assistance. Quelques rires, dont celui de ma mère. Jaune. [...] Il ne veut pas me mentir. Préfère avertir tout le monde d'emblée : qu'on ne lui demande pas de prendre un engagement qu'il se sait incapable de tenir. Qu'il n'a pas tenu pendant les cinq ans que nous venons déjà de passer ensemble. Et qu'il ne tiendra pas plus après.»

Un livre qui aurait effrayé plus d'un homme politique en pleine ascension, mais dont Besson préfère voir le côté amusant: l'évocation prochaine de ses infidélités lui vaut de recevoir «plein de SMS d'anciennes amies, qui ont peur de voir leur nom dans le livre», a-t-il confié au Parisien, selon qui il se réjouirait simplement de l'énorme exposition médiatique que va lui procurer l'ouvrage.

Besson pense-t-il à Matignon, où Nicolas Sarkozy envisagerait d'installer son nouveau chouchou? Pour sa femme, «il fallait qu'il gagne en 2007. Il le faut encore plus en 2012. Seule la victoire de Sarkozy légitimera sa transgression. Alors l'immigration ou autre chose, peu importe. De toute façon, quelque soit le poste, il s'y investira à fond, comme toujours.»

[Lire les articles complets sur LeParisien.fr et L'Express.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

SI VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE, VOUS APPRÉCIEREZ PEUT-ÊTRE: «Honnir Eric Besson: la communion des bien-pensants»

Image de une: Eric Besson, le ministre de l'Immigration. REUTERS/Pascal Rossignol

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte