Partager cet article

Le soda light a aussi peu d’effets sur le poids que l’eau (selon une étude soutenue par Coca et Pepsi)

Ce n’est pas la première fois que Coca-Cola et Pepsi sont derrière des études menées sur les sodas | Nate Grigg via Flickr CC License by

Ce n’est pas la première fois que Coca-Cola et Pepsi sont derrière des études menées sur les sodas | Nate Grigg via Flickr CC License by

D'après une étude en partie financée par un institut de recherche soutenu par de gros acteurs de l'agroalimentaire, le soda light est aussi neutre que l'eau sur le poids. Voire plus bénéfique...

«Toute personne, à partir de 4 ans, sait que l’eau est un choix plus sain que les boissons gazeuses, mais cela n’a pas empêché Big Soda d’essayer de prouver le contraire», raconte Eater. Coca-Cola et Pepsi financent des études sur les sodas et le sucre, ce n’est pas nouveau. La dernière du genre a été publiée en novembre 2015 par l’International Journal of Obesity. Elle conclut étrangement que l’effet du soda light sur le poids «semble être neutre par rapport à l’eau, ou même bénéfique dans certains contextes», rapporte Consumerist.

Or cette étude a justement été en partie financée par l’International Life Sciences Institute (ILSI, soit l’Institut international des sciences de la vie), qui n’est autre qu’un «consortium de recherche soutenu par l’industrie agroalimentaire», comme l’explique The Independent. Dans le conseil d’administration, on trouve des universitaires mais aussi des dirigeants de Coca-Cola, Nestlé, PepsiCo, Mars et Unilever… Autant d’industriels «membres» qui financent la structure.

«Un non-sens risible»

L’étude en question compile 5.500 recherches scientifiques antérieures sur le lien entre «la consommation d’édulcorants peu caloriques» et «l’apport énergétique et le poids»D’après The Independent, seulement un de ces articles analysés signale que les sodas light sont plus susceptibles de faire perdre du poids que l’eau… Une étude justement financé par l’American Beverage Association (la puissante organisation qui représente l’industrie de la boisson non alcoolisée aux Etats-Unis).

Selon l’Université de Bristol, où enseigne le principal auteur de l’étude, l’article a été examiné par d’autres scientifiques et financé également par d’autres structures comme l’Union européenne… Le cardiologue Aseem Malhotra, conseiller du National Obesity Forum, affirme en tous cas à The Independent:

«Suggérer que les boissons light sont plus saines que l’eau est un non-sens risible et tout sauf scientifique. […] Si vous voulez une bonne science, vous ne pouvez pas en permettre le financement par des entreprises.»

En outre, beaucoup d’autres études signalent que les boissons light ne sont pas bonnes pour le tour de taille (notamment parce que boire light pousse à plus manger). 

Précédent épisode du même genre en date, des emails avaient révélé en novembre 2015 que Coca-Cola n’avait pas fait que financer Global Energy Balance Network mais s’était aussi immiscé dans le travail de cette organisation américaine, visant à minimiser le rôle des calories dans l’obésité. 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte