Partager cet article

Inde, Moyen-Orient, Afrique… Netflix est loin d'avoir conquis le monde

Netflix est désormais disponible dans 130 pays.  | Shardayyy via Flickr CC License by Creative Commons

Netflix est désormais disponible dans 130 pays. | Shardayyy via Flickr CC License by Creative Commons

La plateforme de télé par internet a annoncé avoir dépassé les 75 millions d'abonnés. Aujourd'hui disponible dans presque tous les pays, Netflix doit faire face à plusieurs défis pour étendre sa domination sur le marché du streaming.

6 janvier 2016. Netflix annonce déployer ses réseaux dans le monde entier. Lancée en 2007, l'entreprise qui se définit comme «le leader mondial de la TV en streaming» doit réussir à s’imposer dans 130 pays. Mais langue, logistique, droits d’auteur et politique audiovisuelle… Chaque État est différent. Jusqu’à présent, la plateforme de streaming misait sur des pays dont les difficultés d’implantation étaient moindres: Canada, France, Japon ou Royaume-Uni. Pour séduire un public mondial, Netflix sera confronté à plusieurs obstacles.
 

1.L'Inde

Les Indiens constituent, au 20 janvier 2016, 17.6% de la population mondiale. Un marché considérable que Netflix aura du mal à séduire. La plateforme américaine propose essentiellement des programmes occidentaux, pour beaucoup disponibles qu’en version originale. Bien que la population soit anglophone, seuls 5 à 7% regardent la télévision en anglais, selon l’agence de comptabilité KPMG.

Surtout, en Inde, des sites de streaming comme YuppTV ou Eros Now sont déjà très populaires. La plateforme TataSky a un service propre de vidéos en VOD et permet aux utilisateurs de télécharger les vidéos –contrairement à Netflix. Pour les Indiens, pouvoir regarder les vidéos hors connexion est très utile, en raison de la rapidité d’internet.

Grâce au développement de Google Fiber et AT&T Gigabit Pro, la plupart des Américains sont dotés d’une rapidité Gigabit (1 000 Mbit/s). En Inde, les réseaux Airtel et MTNL fournissent une vitesse post-FUP (512 Kbit/s), nettement inférieure.

Malgré les efforts de Netflix, acquérir des licences valables pour le monde entier est très compliqué. La plupart des séries sont liées par des contrats de diffusion limités géographiquement. À l’heure actuelle, comme dans beaucoup d'autres pays, le catalogue indien est très restreint par rapport l'américain. Des séries comme House of Cards sont introuvables. Beaucoup d’utilisateurs se sont plaints de cette restriction, ainsi que du contenu principalement Bollywood et Hindi du catalogue.

 

2.Le Moyen-Orient

Le monde arabe est déjà doté de plusieurs sites de streaming. Le plus important est Shahid.net, qui appartient au groupe panarabe MBC, avec une moyenne de plus de 7 millions de visiteurs par mois.

 

MBC est composé de plusieurs chaines. MBC Max par exemple, diffuse des films et séries américaines sous-titrées en arabe, un service que Netflix ne propose pas. Des chaînes comme Fox Arabia –ou Nickelodeon Arabia pour les plus petits– sont implantées depuis longtemps et ont un audimat fidèle.

Imposer un modèle de TV payante dans le monde arabe reste un défi. En 2015, Shahid.net a lancé en 2015 l’option Shahid Plus, qui réserve certains contenus aux abonnés. Cela reste un exemple unique dans le monde arabe, où la diffusion par satellite reste presque unique et privilégiée. Les maisons sont peu équipées de boxes comme en Europe ou aux États-Unis. De plus, le paiement par carte bancaire reste très exceptionnel dans ces pays où le liquide prévaut.

Comme le souligne le consultant en management Christophe Firth: 

«Netflix n’est pas vraiment une nouveauté. Rien qu’aux Émirats Arabes Unis, on estime à 200.000 le nombre d’abonnés au service: la plupart sont des occidentaux expatriés qui se connectent aux services Netflix américain ou britannique grâce à un réseau privé virtuel (VPN).»

 

3.L'Afrique

Netflix est maintenant disponible dans les 54 pays africains. Les habitudes télévisuelles sont différentes selon les régions: une partie du continent parle arabe et se rattache donc à la catégorie «monde arabe» traitée plus haut.

L’Afrique est un continent en plein développement. Cette population jeune est davantage connectée, téléphones et tablettes devenant de plus en plus accessibles.

Adults who own a cell phone, Africa
 

Contrairement à l’Inde ou aux pays arabes, les plateformes de streaming offrent des services de faible qualité et n’ont pas réussi à s’imposer. C’est le cas notamment en Afrique du Sud. Plusieurs utilisateurs ont salué l’arrivée de Netflix, annonçant abandonner DStv, un site de streaming apparemment peu apprécié. 

L’arrivée de Netflix semble donc prometteuse en Afrique. Toutefois, des exceptions demeurent. Au Nigéria, le site iRoKoTV s’impose dans la diffusion de films «Nollywood». Le PDG d’iRoKo TV Jason Njoku, affirme que l’arrivée de Netflix n’est pas une menace:  «les utilisateurs africains de VOD préfèrent nettement plus le contenu Nollywood, que Netflix n’a presque pas.» Il ajoute que l’influence de Netflix au Nigéria ne sera que minime en raison «de tarifs trop hauts pour les personnes moyennes».

Une autre ombre vient ternir le tableau. En plus de la langue, des habitudes et des moyens logistiques de chaque pays, s’ajoute la différence des mœurs. «Le conseil voit le développement [de Netflix] comme une infraction à la loi qui gouverne la diffusion des contenus au Kenya», a déclaré Jackson Kosgei, membre du Conseil de la classification des films kenyan (KFCB) à Quartz. Il estime que le Kenya «ne peut pas accepter d’être un récepteur passif d’un contenu étranger qui pourrait corrompre les valeurs morales des enfants».

Le chemin vers la conquête du monde semble être semé d’embûches pour Netflix. En tout cas, le site a dépassé les 75 millions d’abonnés en janvier. Un chiffre plus élevé que prévu. Les seuls pays encore privés de Netflix sont la Crimée, la Corée du Nord, la Chine et la Syrie. 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte