Partager cet article

Ne mangez pas de la neige: même immaculée, elle reste sale et polluée

Même si elle vous a l'air parfaitement blanche, la neige absorbe particulièrement la pollution | Brian Jeffery Beggerly via Flickr CC License by Creative Commons

Même si elle vous a l'air parfaitement blanche, la neige absorbe particulièrement la pollution | Brian Jeffery Beggerly via Flickr CC License by Creative Commons

La neige est un excellent moyen d'absorber la pollution, d'après des chercheurs de l'université canadienne de McGill.

Petit, on vous a sûrement sommé de ne pas goûter la neige dans la rue. Mais qui n’a jamais porté un flocon à ses lèvres? C’est une habitude à éviter, assène le journal scientifique Environmental Science: Processes & Impacts. La neige absorbe les particules fines de pollution, rejetées notamment par les pots d’échappement des voitures. Déguster par plaisir de la neige revient à «manger une glace à l’eau saveur pollution», avance le site IFL Science.

C’est préoccupant parce que l’air qui nous entoure est de plus en plus pollué. En 2015, il a été classé comme cancérigène par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), une branche spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cette situation alarmante mène les scientifiques à étudier le phénomène d’absorption de la pollution et plus précisément la part de particules fines qui reste dans l’air et celle qui est assimilée par notre environnement. Une équipe de chercheurs de l’université canadienne de McGill s’est ainsi penchée sur la capacité de la neige à absorber les particules fines.

Augmentation de la pollution

L’équipe a recréé un environnement neigeux dans une chambre isolée. Plusieurs types de neige ont été exposés à des particules polluantes semblables à celles rejetées par les voitures. Les niveaux de plusieurs éléments toxiques –tels que le benzène, l’éthylbenzène et le xylène– ont été mesurés dans la neige et dans l’air au cours de l’expérience. Ces mesures ont permis de déterminer le taux d’absorption des particules fines par la neige. Les chercheurs ont noté une forte augmentation des niveaux de pollution dans la neige au bout d’une heure seulement.

Le fait que la neige absorbe facilement les particules polluantes n’est pas seulement un problème pour ceux qui aiment la manger. Le site Royal Society of Chemistry rapporte qu’Anna Lea Rantalainen, chimiste environnementale à l’université d’Helsinki, en Finlande, a mis le doigt sur un point important: «Il est vrai qu’il semble que la neige est très efficace pour absorber les particules fines de l’air mais qu’arrive-t-il une fois que la neige a fondu?» Il semble que la pollution est un cercle vicieux dont on n’arrive pas à se débarrasser.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte