Michel Tournier avait écrit pour la jeunesse, l'école l'a fait lire à des millions d'adolescents

Michel Tournier en 2005 I CATHERINE GUGELMANN / AFP

Michel Tournier en 2005 I CATHERINE GUGELMANN / AFP

Michel Tournier est un écrivain qui s’est tourné vers la jeunesse, en particulier avec «Vendredi ou la vie sauvage», et qui a su le faire d’une manière exigeante et singulière. Un auteur contemporain vraiment lu aujourd’hui, en particulier parce que lu dans les écoles.

Vendredi ou la vie sauvage, paru en 1971, est rapidement devenu un classique de la littérature jeunesse et des œuvres enseignées au collège. C’est dans une moindre mesure, aussi le cas du Roi des aulnes. C’est peut-être pour cela que Michel Tournier, prix Goncourt 1970, est encore si connu du grand public. Vendredi ou la vie sauvage est aujourd’hui dans la liste des œuvres proposées aux enseignants de français en cinquième. Inspiré de et par Robinson Crusoé de Daniel Defoe, le roman est en fait la réécriture d’un autre livre de Michel Tournier, Vendredi ou les limbes du Pacifiques. L’auteur disait préférer sa deuxième version, ainsi que nous le rappelle le Figaro qui retranscrit des propos rapporté dans l’ouvrage Michel Tournier, la réception d'une œuvre en France et à l'étranger:

«Fini le charabia. Voici mon vrai style destiné aux enfants de 12 ans. Et tant mieux si ça plaît aux adultes. Le premier Vendredi était un brouillon. Le second est propre; j'ai simplifié un petit peu parce que j'ai trouvé que Vendredi ou les limbes du Pacifique, c'était trop compliqué et même un peu vicieux, subtil, abstrait.» 

Et ce texte, à la fois très accessible et très profond, plaît beaucoup aux enseignants: «Il parle du corps et de la liberté, aujourd’hui cela fait sens, confie Olivier, un professeur de français. Et puis il parle aussi du renversement maître esclave. On peut également aborder le thème de la réécriture.»

Hommages spontanés

Mais ce qui est encore plus intéressant c’est que dans les hommages qui lui sont rendus, on peut lire des témoignages vraiment personnels et singuliers, qui diffèrent des citations de personnalités politiques dont on peut douter de la sincérité. Des mots spontanés et émus tels que ceux que l'on trouve dans cette nécropole contemporaine qu’est devenu Twitter:

Et ceux qui exhument la belle couverture de l’édition de mon enfance :

Et les références à Vendredi ou la vie sauvage sont legions sur Twitter. On en trouve d’antérieur au décès de l’écrivain, preuve que Tournier était bien là, en 2016, dans nos classes:

Et même des critiques

La Fontaine et Perrault pour modèles

Car c’est aussi le destin des auteurs «scolarisés», et les plus attentifs d’entre nous se souviennent des horriblissimes tweets d’élèves sortant du bac français au sujet de Victor Hugo en 2014, l’auteur des Misérables s’y faisait traiter de nom d’oiseaux par des élèves qui avaient peu goûté d'avoir à plancher sur sa poésie.

À propos de Vendredi, «nounours» se plaignait en février 2015  en commentaire d'un site consacré au livre

«Moi je devais le lire mais je n ai pas trop aime donc je n ai pas pu le finir resultat evaluation demain j ai vraiment peur de me rater et le truc qui m enerve c est que les prof sont oblige de nous faire lire des livres et nous on est oblige de les lire mais on fait comment si on aime vraiment pas du tout du tout le livre?»

Tournier assumait l’ambition de s’adresser à la jeunesse, ainsi déclarait-il dans un formidable entretien accordé à une revue de pédagogie:

«Mon rêve, si j’étais un génie, ce serait d’écrire un traité de métaphysique classique qu’on pourrait faire étudier à des enfants de 10 ans. Mon ambition toujours, c’est d’être suffisamment bon pour que les enfants puissent me lire, comme La Fontaine et Perrault qui n’écrivaient nullement pour les enfants.»

Michel Tournier fut un auteur qui eut l’audace et le talent de s’adresser aux jeunes lecteurs sans se contrefaire et sans démagogie. Quitte à se trouver confronté au risque de s’adresser à des élèves/lecteurs réticents et de devenir un auteur académique, un écrivain «dans le programme». Il le fit surtout pour les enfants. Sans l’avoir lu en classe, je fais partie de ces personnes qu'il a touchées. Le tout, en nous confrontant à un style et à des thèmes qui ne négocient pas avec le confort du lecteur mais font le pari de nous emmener aussi loin que peut le faire l’écriture. Faire au jeune lecteur le cadeau inestimable d’une première vraie expérience littéraire.

Partager cet article