Économie

Selon le responsable développement durable d'Ikea, nous avons atteint le «pic de meubles»

Temps de lecture : 2 min

Steve Howard, responsable du développement durable du premier distributeur de meubles au monde, a fait une analogie entre la production de meubles et le pic pétrolier.

Un magasin Ikea à Wembley, au nord de Londres | REUTERS/Neil Hall
Un magasin Ikea à Wembley, au nord de Londres | REUTERS/Neil Hall

Lors d’une conférence sur le développement durable organisée par le quotidien britannique The Guardian, Steve Howard, responsable du développement durable d’Ikea, le premier distributeur de meubles au monde, a surpris et amusé l’audience en affirmant que les pays occidentaux étaient arrivés à leur pic de production de meubles. Une analogie avec le pic pétrolier, le moment où les réserves de pétrole commencent à chuter et risquent de s’épuiser. «Je dirais que nous avons atteint un pic de viande rouge, un pic de sucre, un pic d’objets... et un pic d’ameublement.»

Et, pourtant, le même responsable d’Ikea assure que son entreprise vise un doublement des ventes à l’horizon 2020, en instaurant un fonctionnement circulaire de réparation et de recyclage des produits de l’enseigne. Ikea a lancé des investissements dans le développement durable, annonçant notamment que 100% de l’énergie consommée dans ses boutiques et usines sera «propre» en 2020.

Plusieurs économistes alertent depuis des années que le monde pourrait se rapprocher d’un «pic de tout», en matière d’énergie mais aussi de métaux rares. Et certains sont plus sceptiques sur le mouvement engagé vers une économie durable. Le chercheur Kevin Anderson expliquait lors de la même conférence que l’idée d’une «économie verte» de croissance était irréconciliable avec les objectifs internationaux de lutte contre le changement climatique.

Newsletters

Bercy

Bercy

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

En se prononçant pour la construction de nouveaux réacteurs, Macron remet le sujet à l'ordre du jour. À droite, c'est clairement oui, à gauche, c'est plutôt non, avec plus ou moins de clarté.

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio