Partager cet article

Pourquoi il faut empêcher les gens de marcher dans les escalators du métro

La gestion de la circulation sur les escalators n’est pas des plus évidentes | Diego Torres Silvestre via Flickr CC License by

Pour accélérer la circulation des passagers dans les couloirs du métro, il ne faut pas réserver la gauche des escalators aux gens qui veulent les grimper.

Cela peut sembler complètement illogique mais encourager les gens à rester immobiles sur les escalators permet d’accélérer la circulation des passagers dans les couloirs du métro. C’est la conclusion d’un test conduit pendant trois semaines à la station de Holborn, dans le métro de Londres, rapporte The Guardian.

Sur un escalator, il est d’habitude convenu que l’espace de gauche soit réservé aux gens qui veulent monter les marches, alors que les voyageurs qui préfèrent ne pas bouger restent à droite (même en Grande-Bretagne). À Holborn, le Transport for London (TfL), l’équivalent londonien de la RATP, a envoyé une équipe d’employés pour encourager les gens à rester immobiles sur un escalator de vingt-trois mètres de long.

L’idée, inspirée de Hong Kong, est que plus de personnes peuvent voyager en même temps sur le même escalator lorsqu’elles sont immobiles, dans la mesure où le mouvement crée un désordre qui réduit la capacité de l’escalator.

Habitudes immobiles

Les résultats préliminaires de l’expérience à Holborn sont convaincants. Lorsque les gens peuvent bouger à gauche, un escalator de cette station transporte en une semaine environ 12.745 passagers de 8h30 à 9h30. Mais lorsque les passagers ont été encouragés à tous rester immobiles, 16.220 personnes ont été transportées, une augmentation supérieure aux prévisions du TfL.

Une amélioration de la gestion des flux de passagers est particulièrement nécessaire dans une ville en pleine croissance comme Londres: de 8,6 millions actuellement, la population devrait atteindre les 10 millions en 2030. Ceci dit, malgré l’efficacité du test, le problème reste de convaincre la population de changer ses habitudes. Pendant les trois semaines expérimentales, de nombreux passagers ont en effet déclaré que c’était une idée stupide et se sont plaints qu’on les empêche de marcher. 

La prochaine étape est de voir si les Londoniens cessent de bouger sans une équipe d’employés qui les encouragent au haut-parleur. À la place, les autorités envisagent de tester des hologrammes qui rappelleraient aux passagers de rester immobiles des deux côtés.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte