Science & santé

Le mystère autour de l'étoile KIC 8462852 se poursuit

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 19.01.2016 à 10 h 11

Repéré sur The New Scientist, Slate.com, CNN

Alors que l’on pensait que des comètes étaient responsables de la baisse de luminosité de l’étoile KIC 8462852, une nouvelle étude vient prouver que c’est hautement improbable.

Ceinture de poussière. NASA/JPL-Caltech/T. Pyle (SSC)

Ceinture de poussière. NASA/JPL-Caltech/T. Pyle (SSC)

Mi-octobre, on vous parlait d’une drôle d’étoile, KIC 8462852, qui se trouve dans la constellation du Cygne, à 1.480 années-lumière de la Terre. En l’espace de quelques heures, cette étoile jusque-là inconnue était apparue un peu partout dans vos fils d’actualité, de nombreux sites se demandant si le télescope spatial Kepler avait découvert une mégastructure construite par des extraterrestres, en raison de baisses d’intensité de sa luminosité. Jason Wright avait alors rappelé à The Atlantic que c’était bien la dernière hypothèse qu’il fallait envisager dans ce genre de cas. Sur Slate.com, Phil Plait se montrait d’ailleurs assez sceptique et l’hypothèse la plus envisagée quelques semaines plus tard était celle d’un nuage de comètes.

Sauf que l’étoile n’en a pas tout à fait fini avec ses mystères, explique désormais The New Scientist. Bradley Schaefer, un astronome de l’université de Louisana State, a découvert que la luminosité de l’étoile avait baissé de 20% en l’espace d’un siècle –un comportement très inhabituel. Comme le raconte le blog Espace Temps de L’Obs«cette longue diminution, si progressive que l’équipe Boyajian ne l’avait pas remarquée sur les copies numériques des photos, serait donc en contradiction, selon Bradley Schaefer, avec la thèse d’un événement cataclysmique... y compris impliquant un essaim de comètes»

L’hypothèse du nuage de comètes devient donc hautement improbable puisque, selons ses calculs, il faudrait 648.000 comètes, larges de 200 kilomètres chacune, pour arriver au bon résultat:

«Je ne vois pas comment il serait possible que 648.000 comètes géantes existent autour d’une étoile, ni comment leur orbite pourrait être orchestrée de façon à ce qu’elles passent devant l’étoile au cours du siècle dernier.»

Mégastructures extraterrestres

Et la théorie sur les extraterrestres est donc ressortie. Comme l’expliquait Popular Science, en octobre, «l’astronome Jason Wright et beaucoup d’autres ont estimé que l’on pouvait détecter des civilisations avancées via leur technologie. L’idée est que plus les civilisations extraterrestres deviennent avancées plus elles auront besoin d’énergie pour alimenter leur style de vie. Peut-être que les aliens positionneraient leurs appareils directement autour de l’étoile, ce qui remplirait l’orbite de l’étoile jusqu’à ce qu’une partie ou toute la lumière soit bloquée. Ces mégastructures extraterrestres hypothétiques s’appellent des sphères de Dyson».

Sur Slate.com, Phil Plait tient cependant à rappeler qu’il estime toujours que les extraterrestres ne sont pas responsables d’un tel changement:

«Ce qui se cache derrière le comportement bizarre de cette étoile est soit quelque chose que l’on n’a pas vu jusque-là, soit un phénomène que l’on a déjà vu mais cette fois dans toute son étendue, ou alors plusieurs phénomènes qui se déroulent en même temps. Je me gratte beaucoup la tête à ce sujet.»

Et il n’est pas le seul. Beaucoup s’interrogent autour de cette «étoile normale qui se comporte bizarrement». Interrogé par The New Scientist, Bradley Schaefer a d’abord réfuté la théorie des extraterrestres, qui «ne correspond pas» à ses nouvelles observations, et conclut que soit «une de nos réfutations a un vice caché, soit quelqu’un doit venir présenter une nouvelle théorie».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte