Culture / Monde

Le rappeur Killer Mike fait campagne pour le socialiste Bernie Sanders

Temps de lecture : 2 min

Aux États-Unis, le candidat socialiste de la primaire démocrate a trouvé un soutien de poids.

Le sénateur démocrate et candidat à la primaire Bernie Sandersle 17 janvier 2016 à Charleston, en Caroline du Sud | REUTERS/Randall Hill
Le sénateur démocrate et candidat à la primaire Bernie Sandersle 17 janvier 2016 à Charleston, en Caroline du Sud | REUTERS/Randall Hill

Après les débats télévisés entre candidats aux primaires pour la présidentielle américaine, la presse pose en général des questions aux porte-paroles des politiques dans ce qu’on appelle la «spin room». Le dimanche 17 janvier, le sénateur socialiste Bernie Sanders avait un représentant particulier pour répondre aux questions de la presse: le rappeur d’Atlanta Killer Mike.

I’ll say this for Killer Mike, he gives killer quotes #demdebate

A photo posted by Dan Roberts (@danroberts73) on

«Je dois avouer que Killer Mike donne vraiment des réponses de killer #débatdemocrate.»

Michael Render, dont le nom de scène est Killer Mike, vient de Géorgie, et il a expliqué ne pas comprendre pourquoi le Sud des États-Unis continuait de voter républicain, rapporte le Guardian:

«Les pauvres blancs soutiennent un parti qui ne les aide pas. C’est absurde. Ils devraient au moins demander la garantie d’avoir une assurance maladie et un salaire décent quand ils travaillent chez McDo pendant leurs études. Si tu veux ça, alors tu dois voter pour Bernie Sanders.»

Il a aussi fait quelques déclarations amusantes. Lorsqu’un journaliste lui a demandé comment un rappeur comme lui s’était pris d’intérêt pour Sanders, il a répondu: «En fumant des joints et en lisant ses tweets.»

Interrogé sur les qualités d’orateur du sénateur socialiste, il l’a comparé à Mike D, des Beastie Boys: «Je trouve qu’il est super bon. Il est de la lignée des Beastie Boys –il aurait vraiment déchiré avec les gars de Brooklyn.»

«Deux militants en colère»

En novembre 2015, cette photo du sénateur mangeant à Atlanta avec le rappeur, qui fait à peu près deux fois son poids, était déjà devenue virale:

«Bernie Sanders et le rappeur Killer Mike à Busy Bee à Atlanta.»

Killer Mike avait alors déclaré au Washington Post que «c’était juste une conversation entre deux militants en colère, un blanc de 74 ans et un noir de 40 ans, en train de trouver des points communs».

Le soutien d’une personnalité afro-américaine comme Michael Render est très important pour Bernie Sanders, car sa rivale Hillary Clinton est beaucoup plus populaire au sein de la communauté noire.

Une interview en six parties de Sanders par Killer Miker est disponible sur YouTube. Le rappeur introduit ainsi la conversation: «Je rappe sur des sujets dont vous parlez dans vos campagnes.»

Newsletters

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

«Les Crimes du futur» de Cronenberg n'est pas le choc annoncé

Loin des rumeurs de film scandaleux, le nouveau film de David Cronenberg est une œuvre de science-fiction plutôt méditative… et incomplète.

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Le film de Cristian Mungiu déploie dans toute son ampleur un constat que décrivent aussi plusieurs autres films du festival, dont deux beaux films portugais étrangement similaires, «Alma Viva» et «Restos do Vento».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio