Partager cet article

À la fête de la bière à Munich, on boit, on chante, on viole

Munich, le 19 septembre 2015 I REUTERS/Michael Dalder

Munich, le 19 septembre 2015 I REUTERS/Michael Dalder

Alors que la société allemande s'indigne face au récit terrifiant de la nuit de Cologne, durant laquelle des agressions sexuelles de masse ont été commises sur des femmes par des bandes d'hommes dont la plupart seraient d'origine étrangère, plusieurs voix féministes se sont élevées pour rappeler que la culture du viol n'est pas un phénomène importé mais bel et bien ancré dans la culture allemande depuis des siècles. La Fête de la bière de Munich en est l'un des exemples les plus criants.

Six millions de visiteurs annuels, 35 chapiteaux, 107.000 places assises, sept millions de litres de bière à 10,40 euros le litre écoulés chaque année, 878 mètres d'urinoirs... Le site officiel de la Fête de la bière de Munich n'est pas avare de statistiques en tout genre quand il s'agit de faire la promotion de cette immense fête populaire. 

Mais il est d'autres chiffres qu'on ne fanfaronne pas: chaque année, plusieurs dizaines d'agressions sexuelles ont lieu durant l'Oktoberfest. Et ce malgré une présence policière renforcée –300 policiers déployés sur la trentaine d'hectares de la «Wiesn», comme les Bavarois appellent la grande «prairie» verte sur laquelle ont lieu les festivités– et la mise en place il y a quelques années d'une vingtaine de caméras de surveillance et de puissants projecteurs à l'extérieur des «tentes à bière», de manière à ne pas laisser de zones plongées dans l'ombre la nuit venue.

Il faut imaginer ces immenses chapiteaux bondés, quadrillés de tables et bancs, où la bière coule à flots dès 10 heures du matin, portée à bout de bras, par chopes d'un litre, par des serveuses accortes revêtues de l'habit traditionnel, au son de la musique à boire des orchestres bavarois. «Il y a certains visiteurs qui sont déjà totalement ivres à midi», explique Kristina Gottlöber, membre de l'association munichoise Imma, spécialisée dans l'aide aux jeunes filles et aux jeunes femmes.

Pour les femmes qui se rendent dans ces tentes à bière à l'ambiance surchauffée, les paroles vulgaires, les mains baladeuses, les demandes insistantes font partie intégrante de l'Oktoberfest. «Le viol est seulement la partie émergée de l'iceberg», insiste Maike Bublitz, pédagogue au Frauennotruf München. Il existe même un numéro d'urgence destiné aux femmes victimes de violences. «Il y a bien plus de violations des limites, qui vont du fait de tripoter les femmes aux abus sexuels. Il y a une vaste palette d'agressions sexuelles.»

Les représentantes des associations présentes sur les lieux estiment que, pour une plainte pour viol déposée, il y a en réalité dix à vingt viols

Ces deux associations sont présentes chaque année à l'Oktoberfest, où elles tiennent une permanence chaque soir entre 18 heures et 1 heure du matin. Le «security point» s'adresse aux femmes victimes de violences ou qui ne se sentent tout simplement pas en sécurité. Baptisée «Sichere Wiesn für Mädchen und Frauen» («prairie sûre pour les filles et les femmes»), cette initiative a été lancée en 2003. L'année précédente, treize plaintes pour viol avaient été déposées durant l'Oktoberfest, se souvient Kristina Gottlöber.

Deux plaintes pour viol déposées chaque année

Ces trois dernières années, deux plaintes pour viol ont été déposées à chaque Fête de la bière, d'après les statistiques de la police de Munich. À ces plaintes se sont ajoutées 18 plaintes pour infractions sexuelles en 2015, 10 en 2014, 14 en 2013. «Insultes à caractère sexuel, attouchements comme le fait de toucher les seins ou l'entrejambe d'une femme, agressions sexuelles...», énumère Gottfried Schlicht, porte-parole de la police de Munich, qui ne cesse de mettre ces chiffres en regard du nombre total d'infractions rapportées durant l'Oktoberfest, qui dépasse chaque année le millier, insistant sur le fait que les vols et les blessures corporelles sont bien plus répandus que les infractions sexuelles.

Le nombre d'agressions sexuelles et de viols est pourtant bien plus élevé que celui que laissent entrevoir les statistiques policières, estiment les représentantes des associations présentes sur les lieux, qui estiment que pour une plainte pour viol déposée, il y a en réalité dix à vingt viols. Beaucoup de femmes continuent à avoir honte de signaler une agression aux autorités ou sont découragées par la perspective d'une longue et douloureuse procédure judiciaire qui n'a de toute façon que très peu de chances de déboucher sur une condamnation. 

Moins d'1% des hommes coupables de viol sont, en effet, condamnés par la justice allemande, comme le rappelait il y a quelques années une campagne d'information lancée par une association féministe allemande qui réclame depuis des années une réforme du paragraphe 177 du code pénal allemand, qui jusqu'à présent ne reconnaît l'existence d'un viol que dans trois cas de figure –lorsque le rapport sexuel est obtenu par la violence, sous la menace ou lorsque la victime ne peut se défendre.

Une Américaine peut se demander si elle doit ou pas porter plainte quand elle sait qu'elle rentre le surlendemain aux États-Unis

Le fait que l'Oktoberfest attire un public international n'est aussi pas étranger à ce faible taux de plaintes déposées, indique Kristina Gottlöber:

«Ces touristes ne savent pas comment fonctionne la procédure judiciaire en Allemagne. Une Américaine peut se demander si elle doit ou pas porter plainte quand elle sait qu'elle rentre le surlendemain aux États-Unis. Doit-elle rester sur place, prendre un avocat, quels sont les coûts? Elles veulent simplement rentrer chez elles et oublier l'agression.»

Enfermées dehors

En 2015, 196 femmes se sont rendues au «security point». Le cas «classique»: elles quittent le groupe d'amis avec lequel elles se trouvent à l'intérieur d'un des chapiteaux pour aller aux toilettes ou fumer une cigarette et se retrouvent enfermées dehors à leur retour, les tentes devant régulièrement fermer leurs portes pour éviter qu'elles ne soient trop bondées. Bien souvent, elles ont laissé leur sac à l'intérieur, avec dedans leur portable, leur argent, etc. Les associations se chargent alors d'organiser leur retour à l'hôtel en toute sécurité, explique Kristina Gottlöber:

«On accompagne les femmes au métro, on peut aussi les ramener en voiture chez elles, à l'hôtel, à la gare ou si c'est nécessaire, les conduire auprès des institutions. Nous travaillons également en étroite collaboration avec une entreprise de taxis munichois, ce qui nous permet de pouvoir être sûre d'obtenir un taxi, ce qui est difficile à l'Oktoberfest en raison du grand nombre de gens. Nous avons des bons pour payer le taxi pour les femmes dont le sac se trouve à l'intérieur d'un chapiteau ou a été volé.»

Ni la police, ni les associations qui travaillent sur le terrain estiment que les violences sexuelles dont l'Oktoberfest est le théâtre chaque année sont comparables avec l'ampleur extraordinaire des harcèlements de masse qui ont eu lieu à Cologne durant la nuit du Réveillon. Mais Maike Bublitz signale que ce type de violences commises en groupes ont déjà été rapportées durant l'Oktoberfest:

«Il y a eu quelques cas où des femmes ont été encerclées par plusieurs hommes et harcelées, tripotées, touchées à l'entrejambe, comme ce qu'on a pu entendre au sujet de Cologne. Cela nous a été rapporté par des femmes au “security point

Un “Stop!” et un “Arrêtez cela!” distincts indiquent que les limites sont atteintes. Il arrive parfois qu’une situation sympa et amusante devienne désagréable

Sur la «colline de la gerbe»

Les agressions ont lieu partout, de jour comme de nuit, rapportent la police et les associations. À l'intérieur des chapiteaux, dans les toilettes, aux abords des manèges, mais surtout sur la fameuse «Kotzhügel», cette «colline de la gerbe» située en bordure des chapiteaux où les visiteurs alcoolisés au dernier degré ont pour habitude de venir vider leurs estomacs et de piquer un somme, voire les deux en même temps, comme on peut le voir sur les fameuses photos prises sur place par les visiteurs chaque année dont nous vous parlions en 2013. Une pratique consistant à déshabiller et photographier sous leur jupe les femmes ivres endormies sur place est d'ailleurs apparue ces dernières années, rapportent les associations. «Nous savons qu'il y a des hommes qui viennent exprès à l'Oktoberfest parce qu'ils pensent qu'ils auront beau jeu», explique Maike Bublitz.

Sur le site de l'action «Sichere Wiesn» sont d'ailleurs listés plusieurs conseils à l'attention des femmes, tels que:

«Fais confiance à ton intuition et n’hésite pas à dire non si quelque chose te semble désagréable. Personne n’a besoin de subir des attouchements ou de se faire draguer lourdement. Un “Stop! et un “Arrêtez cela! distincts indiquent que les limites sont atteintes. Il arrive parfois qu’une situation sympa et amusante devienne désagréable. Ici aussi, n’hésite pas à dire “Stop!

Ou encore:

«L’alcool en quantité raisonnable! Bois en quantité raisonnable pour garder la tête claire si tu bois de l’alcool. Note bien que la bière servie à l’Oktoberfest est plus forte que la bière habituelle. Commande de l’eau ou un panaché (moitié bière, moitié limonade) entre deux bières. Tu n’es pas obligée de fournir une contrepartie si quelqu’un offre la tournée.»

Culpabilisation sous-jacente des victimes

Le fait que ces règles de comportement s'adressent aux femmes, donc aux victimes potentielles, et non aux hommes, les coupables potentiels, hérisse bien des féministes. En 2013, une sociologue et une informaticienne munichoises ont lancé la campagne d'information «I frog di» («Ich frage dich», «je te demande» en dialecte bavarois) pour protester contre cette culpabilisation sous-jacente des victimes. Sur les flyers qu'elles ont distribué durant l'Oktoberfest, qui reprenait le motif traditionnel des petits cœurs en pain d'épices ornés d'un message que les visiteurs ont coutume de s'offrir durant les festivités, elle écrivaient notamment:

«Cette année encore, l'initiative “Prairie sûre pour les femmes et les filles s'engage pour l'autoprotection des femmes concernées. C'est bien et important. Mais la responsabilité d'une agression relève uniquement des agresseurs: personne n'a le droit de toucher l'autre sans sa permission, de l'approcher ou de faire quoi que ce soit que l'autre personne n'aime pas explicitement.»

Il ne faut pas penser que si quelqu'un porte un décolleté plongeant, cela signifie qu'il est permis de dépasser les bornes

Brigit Treml

Suite à cette action, une campagne de prévention s'adressant spécifiquement aux visiteurs masculins de l'Oktoberfest, baptisée «Wiesn Gentlemen», a été lancée par l'association munichoise Condrobs. Elle consiste essentiellement à rappeler sur un ton distrayant quelques règles de savoir-vivre à respecter sur place, telles que «il prend ses distances quand elle dit «non»», «il n'utilise pas la situation quand elle est soûle», «il aide dans les situations difficiles» et «il ne jette pas de chope par terre». «Nous voulons demander à tous ceux qui se rendent à la Fête de la bière, en particulier les hommes, de faire la fête de manière calme, d'être respectueux vis-à-vis des autres et en particulier des femmes. Il ne faut pas penser que si quelqu'un porte un décolleté plongeant, cela signifie qu'il est permis de dépasser les bornes», insiste Brigit Treml, vice-présidente de l'association.

«Mon costume n'est pas une invitation»

L'Oktoberfest n'est d'ailleurs pas la seule grande fête populaire allemande où des agressions sexuelles ont lieu de manière récurrente. Cologne, justement, accueille chaque année au début du mois de février un des plus grands défilés costumés au monde, qui attire chaque année 1,5 million de visiteur. La maire de la capitale rhénane, Henriette Reker, a d'ailleurs annoncé quelques jours après la fameuse nuit où des centaines de femmes ont été agressées qu'un important dispositif policier allait être déployé cette année pour assurer la sécurité des femmes durant le carnaval de Cologne. 

Les agressions sexuelles y sont pourtant légion depuis des années. En 2014, des féministes ont d'ailleurs lancé un tumblr baptisé «KonsensKarneval» listant et dénonçant les consignes diffusées à l'attention des femmes par les différentes municipalités et commissariats allemands à l'occasion du carnaval. Leur slogan:

«Mon costume n'est pas une invitation.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte