Partager cet article

La France doit privilégier la lutte contre le non-emploi à celle contre le chômage

Sticky Notes / Flazingo Photos via Flickr CC License by.

Sticky Notes / Flazingo Photos via Flickr CC License by.

Pour mesurer la capacité d'un pays à employer ses ressources humaines, ce n'est pas au chômage qu'il faut s'intéresser.

Le taux de chômage publié par le ministère du Travail mesure le nombre de personnes sans emploi, recherchant un emploi et disponibles quel que soit le contrat proposé. Cette mesure est restrictive: elle ignore les chômeurs en longue maladie, découragés, radiés, en stage «parking» ou voulant un CDD à temps partiel. Pour mesurer la capacité d'un pays à employer ses ressources humaines, ce n'est pas au chômage qu'il faut s'intéresser. C'est au «non-emploi»: le nombre de personnes en âge de travailler n'ayant pas d'emploi.

Le non-emploi ne sera jamais égal à zéro: il est normal qu'une personne malade puisse ne pas travailler et nécessaire que des jeunes étudient. En revanche, le non-emploi se prête difficilement aux manipulations «cosmétiques» consistant à passer les demandeurs d’une catégorie à l’autre. Il permet aussi de comparer des pays de même niveau de développement (qui n'imposent pas le travail aux enfants ni ne poussent des salariés inaptes au travail). Enfin, si l'emploi est la priorité, c'est par définition le non-emploi qui doit être la cible.

La France plus mal classée sur le non-emploi que sur le chômage

Mi-2015, il y avait en France 14,8 millions de personnes entre 15 et 64 ans non employées. On dépassait 15 millions en neutralisant les contrats d'insertion (qui ont un rôle social mais qui sont rarement des emplois «productifs»). Avec un taux de 36,2%, nous dépassions la moyenne de l'OCDE (33,9%). L'Allemagne faisait bien mieux (26,3%). La Suède (24,7%) arrivait à employer 11,5% de sa population de plus que nous: nous aurions 4,7 millions d'emplois de plus si nous avions le même taux de non-emploi –soit plus que nos 3,6 millions de chômeurs!


Les taux de non-emploi des principaux pays de l'OCDE

Le taux de scolarité français n'explique pas cette différence: le non-emploi des 25-64 ans en France reste supérieur de 11,2 points à celui de la Suède (28,2% contre 17%). A l'inverse, la performance des Etats-Unis (26,5%) n’est pas aussi bonne que leur bas taux de chômage (inférieur de 5 points au nôtre) laisserait supposer, en raison du nombre important de personnes qui y sont retirées du marché du travail.

Une dégradation depuis la fin de la crise

L’embellie était palpable avant la crise, comme le montre l’évolution du non-emploi. Mais la crise de 2008 a cassé cette tendance, qui ne donne depuis pas de signe clair de reprise: la modeste amélioration de 2015 (-0,2%) n'a pas encore effacé la forte dégradation qui a eu lieu au courant de l'année 2014 (+0,5%).

L'évolution du taux de non-emploi en France depuis janvier 2006.

Là encore, certains pays ont su faire mieux depuis trois ans, comme le Japon, le Royaume-Uni (-2,7 points), la Suède (-1,5 point) ou l'Allemagne (-0,8 point).  


Inverser la courbe du non-emploi

La mauvaise performance française tient à des causes multiples et anciennes. La première de ces causes, c'est de nous être focalisés sur le chômage plutôt que sur le non-emploi. De ce ciblage découle l'essentiel des mauvaises solutions apportées au problème: préretraites, stages «parking», formations sans débouchés, emplois aidés ne menant pas à un emploi marchand, allongement de la scolarité déconnecté de tout souci d'employabilité, radiations des chômeurs, dispense de recherche d'emplois,... Cette focalisation continue de nous cacher à la fois l'ampleur du mal (par rapport à la Suède, le chômage ne mesure qu'un tiers du sous-emploi français) et la nature des modèles pertinents (le modèle américain n'est pas beaucoup plus performant que le nôtre).

À l'inverse, une politique ciblée sur le taux de non-emploi nous conduirait à agir à la fois pour accélérer le retour à l’emploi des demandeurs et la création d’emploi des entreprises. Pour ce qui concerne les demandeurs, il faudrait renforcer les services d'orientation et d'accompagnement, qui restent très insuffisants en France.

S’agissant des entreprises, pour qu’elles créent plus d’emploi, il faudrait réunir les quatre facteurs sans lesquels aucune entreprise (qu'il s'agisse d'un artisan ou d'une multinationale) ne crée d'emplois. D'abord une demande soutenue, c’est-à-dire des investissements, de la consommation ou des marchés à l’export. Ensuite, des facteurs de production compétitifs (prix de l'énergie, accès au capital, réseau de sous-traitants...) et un environnement des affaires favorable (efficacité et clarté du droit fiscal, social ou des réglementations). Enfin, des talents (entrepreneurs créant de nouvelles entreprises, intrapreneurs développant des projets au sein d’entreprises existantes et salariés prêts à l'emploi) orientés vers le secteur marchand.

Bref, il est plus qu'urgent d'inverser la courbe du non-emploi!

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte