Partager cet article

Mauvaise nouvelle pour l'Afrique: la rivalité Aqmi-Daech est bien relancée

Ouagadougou le 17 janvier I REUTERS/Joe Penney TPX IMAGES OF THE DAY

Ouagadougou le 17 janvier I REUTERS/Joe Penney TPX IMAGES OF THE DAY

Les attentats du Burkina Faso de la nuit de vendredi à samedi sont une preuve de la surenchère que se livrent les deux groupes.

C'est la deuxième attaque en deux mois. Après l'assaut du Radisson Blu hotel à Bamako qui avait fait 22 victimes le 20 novembre 2015, Al-Mourabitoune, un groupuscule qui se revendique d'Aqmi, a frappé la capitale du Burkina Faso dans la nuit de vendredi 15 au samedi 16 janvier. Bilan des fusillades en terrasse et de la prise d'otage de l’hôtel Splendid au centre de Ouagadougou: 29 morts, dont deux Français.

Si le Mali était jusqu'ici une cible récurrente pour les islamistes, c'est la première fois que le Burkina Faso est touché. Le Monde cite, toutefois, quelques faits qui pouvaient laisser présager de telles attaques et notamment l'enlèvement par Aqmi en avril 2015 le chef de la sécurité roumain de la mine de manganèse de Tambao au nord du pays. Et comme le rappelle le quotidien, «ce petit pays enclavé d’Afrique de l’Ouest est un “point d’appui permanent” de l’opération militaire française Barkhane destinée à combattre les actions des djihadistes au Sahel».

«Ils veulent tuer le tourisme dans ces pays»

Le regain de violence en Afrique de l'Ouest pourrait bien ne pas s'arrêter là. «Aqmi veut conserver son influence un temps disparue, analyse Mathieu Guidère, professeur agrégé d'islamologie et de la pensée arabe pour Le Parisien. Les pays de l'Afrique de l'Ouest alignés sur la France seront les prochaines cibles. C'est une stratégie construite. Ils veulent tuer le tourisme dans ces pays comme le Sénégal, la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso et le Niger, comme Daech l'a fait en Tunisie.»

Depuis l'émergence de l'État islamique et ses actions spectaculaires, Al-Qaïda était jugé en perte de vitesse et voyait son influence se réduire auprès des jeunes recrues. Une concurrence qui exacerbe la violence. Comme le rappelle CNN, Aqmi, affilié à Al-Qaïda, appelle aujourd'hui les musulmans à bouter les Espagnols hors des enclaves de Ceuta et Melilla, et de s'en prendre aux étrangers en Libye. Un territoire dont Daech a fait un des ses priorités.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte