Sciences

Grignoter la nuit pourrait jouer de vilains tours à votre mémoire

Temps de lecture : 2 min

Pour l'heure, ce lien néfaste pour la santé a été démontré sur les souris. Des tests sur l'homme sont en cours.

Il est tard le chat! | Xalion Malik via Flickr CC License by
Il est tard le chat! | Xalion Malik via Flickr CC License by

Il n’y a pas que la maladie d’Alzheimer pour expliquer des pertes de mémoire fréquentes: le bol de céréales et le reste de gigot de 3 heures du matin pourraient également être en cause. Des chercheurs en médecine de l’université de Los Angeles ont en effet établi un lien entre les grignotages nocturnes et des troubles de la mémoire et de l’apprentissage.

Relayée par le site Science Daily, cette étude effectuée sur des souris est actuellement en train d’être vérifiée sur l’être humain. Elle mesure l’effet que peut avoir une prise de repas régulière à des heures normalement réservées au sommeil sur l’hippocampe, zone du cerveau jouant un rôle majeur dans la mémoire et le repérage dans l’espace.

Pour mener à bien cette étude, les chercheurs dirigés par la docteure Dawn Loh ont fait prendre des repas à des souris pendant leur temps de sommeil, et ont pu constater chez ces cobayes une plus grande difficulté à reconnaître certains objets, mais aussi de véritables défaillances sur la mémoire à long terme.

Un effet de la Creb

Le rapport entre les ripailles nocturnes et la dégradation de l’hippocampe serait dû à une protéine nommé Creb, qui régule des gènes chargés non seulement de l’horloge biologique, mais également de l’apprentissage et de la mémoire. Lorsque cette protéine est moins active, elle a notamment tendance à dégrader la mémoire.

Ce que l’étude, disponible ici dans son intégralité, ne dit pas, c’est que si nous avons parfois tendance à aller fouiller dans le frigo en plein milieu de la nuit, ce n’est pas forcément parce que la faim nous tiraille, mais parce que l’insomnie crée un certain désoeuvrement. Et qu’il n’y a rien de plus apaisant que de se faire un sandwich au beau milieu de la nuit. Si notre mémoire nous joue des tours le lendemain matin, ce sera certainement moins dû à ce sandwich qu’à un manque de sommeil évident...

Slate.fr

Newsletters

Neil Armstrong et Buzz Aldrin n'ont marché que sur une toute petite partie de la Lune

Neil Armstrong et Buzz Aldrin n'ont marché que sur une toute petite partie de la Lune

Leurs déplacements auraient pu tenir sur un terrain de foot.

«L'îlot de chaleur urbain» ou pourquoi il fait vraiment plus chaud en ville lors des canicules

«L'îlot de chaleur urbain» ou pourquoi il fait vraiment plus chaud en ville lors des canicules

Promis, ce n'est vraiment pas qu'une impression.

Le succès des théories du complot n'a rien d'un hasard

Le succès des théories du complot n'a rien d'un hasard

Du «moon hoax» aux Illuminati, il n'y en a jamais eu autant.

Newsletters