Partager cet article

Les pénis des animaux peuvent être très surprenants, mais les vagins aussi

Duck to duck / frielp via FlickrCC License by

Duck to duck / frielp via FlickrCC License by

...et ils sont sous-étudiés, alors qu’ils ont façonné l’histoire de l’évolution.

Les articles sur les étranges pénis des bestioles sont légion. En août dernier, le hashtag #JunkOff avait envahi Twitter, à la suite d’un défi de scientifiques à poster les photos les plus bizarres de sexes mâles du règne animal. On pouvait y voir les tire-bouchons de veuves-noires, les monstrueux membres de crocodiles, les organes à double-tête de pythons, ou même à quatre têtes des échidnés. Nous avons nous-mêmes à Slate écrit des articles sur les drôles de pénis des canards

Mais depuis quelques années, après les avoir négligés, des scientifiques commencent à s’intéresser aux organes génitaux femelles, dont la forme a évolué au cours des siècles, notamment pour échapper à des accouplements violents, rapporte le magazine Science.

Les canards mâles et femelles, par exemple, sont entrés dans une sorte de course à l’évolution, les femelles développant des vagins aux formes alambiquées et les canards en retour développant des pénis en forme de spirale.

Plus complexes à disséquer

Des chercheurs de San Diego ont montré quant à eux que le vagin des baleines et dauphins était plein de plis, de culs-de-sac, de virages. Certains avaient des allures de labyrinthes, comme chez les marsouins communs et la baleine boréale, qui auraient développé ces organes afin de mieux choisir le sperme désiré. Les couleuvres rayées peuvent bloquer le pénis de leur partenaire, ce à quoi les mâles ont répondu en produisant des sortes de harpons placés au bout du sexe, pour pouvoir s’accrocher à leur proie.

Les organes femelles sont plus difficiles à étudier, estiment certains chercheurs, parce qu’ils sont moins visibles en action et plus complexes à disséquer. Mais Brian Langerhans, de l’université de Caroline du Nord, est optimiste: dans cinq ans, pense-t-il, «nous ne parlerons plus d’un déficit de recherches sur les organes génitaux femelles» des animaux.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte