Parents & enfants / Tech & internet / Monde

Les profs de Detroit utilisent Twitter pour dénoncer l'extrême délabrement des écoles

Temps de lecture : 2 min

En quinze ans, les établissements publics ont perdu les deux tiers de leurs élèves.

Dans le lycée public de Cody à Detroit aux États-Unis, il arrive que des bouts de plafond tombent en plein cours. Une chaîne de télévision locale a interviewé quelques élèves de l'établissement, dont un qui explique:

«C'est difficile de se concentrer quand tu as peur d'être assommé par des dalles qui tombent du plafond.»

Depuis plusieurs mois, les enseignants des écoles de la ville se plaignent du délabrement des bâtiments, avec notamment des moisissures sur les murs, des toilettes qui fuient, des déjections de souris et des fenêtres trouées.

Pour donner une idée très concrète de la situation, des enseignants ont commencé à poster des images de leurs bâtiments via le compte Twitter @teachDetroit, une initiative repérée par le journal Detroit Metro Times.

Les photos des toilettes sont particulièrement effarantes:


Pauvres enfants. Ils méritent mieux.

Et voici un gros plan des dalles qui tombent du plafond:


Vous pensez peut être qu'il s'agit d'une école abandonnée mais non. C'est notre quotidien.

«Il y a des rats, des rongeurs, des fuites, des trous»

Le 11 janvier, la plupart des établissements de Detroit étaient fermés suite à une grève des enseignants qui demandaient aux élus de l'État du Michigan d'assurer des financements décents pour les écoles.

La directrice du syndicat local des professeurs expliquait au New York Times:

«Il y a des rats, des rongeurs, des fuites, des trous. C'est inacceptable. Il y a des moisissures noires. Nos enfants respirent ça tous les jours dans les bâtiments. C'est le tiers monde.»

Croulant sous les dettes, les écoles de Detroit ont parmi les pires résultats aux États-Unis, et en quinze ans, ces établissements publics ont perdu environ les deux-tiers de leurs élèves. Le manque de moyen implique aussi un manque d'enseignants: certains profs enseignent dans des classes de quarante-cinq à cinquante élèves.


Il y a des choses que je ne peux pas montrer en photo. Plus de quarante élèves dans une classe.

Slate.fr

Newsletters

«Là-bas, mon fils va devenir fou! Il n’y a pas moyen que je fasse les quatre mois à sa place?»

«Là-bas, mon fils va devenir fou! Il n’y a pas moyen que je fasse les quatre mois à sa place?»

Quand des mômes commettent des délits, c’est la justice des mineurs qui s’y colle. Une justice ad hoc qui, sans laxisme, a davantage vocation à éduquer qu’à punir. Un cap dur à tenir.

Quelle liberté d’expression des profs sur les réseaux sociaux?

Quelle liberté d’expression des profs sur les réseaux sociaux?

Il faut se méfier de celles et ceux qui voudraient nous faire croire que les profs ne sont pas censés avoir d’opinion sur ce qui se passe dans l’Éducation nationale.

«Mon père alcoolique et moi», dans les coulisses de l’alcoolisme parental

«Mon père alcoolique et moi», dans les coulisses de l’alcoolisme parental

Dans un manga autobiographique qui déchire le coeur, Mariko Kikuchi explique comment l'alcoolisme de son père a détruit plusieurs vies.

Newsletters