France

Déchéance de nationalité: «On ne peut pas se renier comme ça»

Aude Lorriaux, mis à jour le 14.01.2016 à 19 h 06

Julien Dray et Thierry Solère étaient les invités de l'émission «Politique» sur France 24, ce 14 janvier 2016.

Que ce soit à gauche ou à droite, les primaires citoyennes occupent tous les esprits. Elles doivent désigner chez Les Républicains le prochain candidat du parti pour la présidentielle et désigneront peut-être, si un consensus se fait, celui du Parti socialiste. Invité de l’émission Politique sur France 24 ce jeudi 14 janvier, le député Thierry Solère s’est dit confiant dans la participation des centristes (voir ci-dessus). Le président du comité d’organisation de la primaire de la droite et du centre a écarté d’un revers de main le danger François Bayrou, qui pourrait concourir à l’élection présidentielle et ainsi grapiller des voix à droite si jamais Alain Juppé n’était pas choisi.

«Monsieur Bayrou prendrait plus de voix à Hollande qu’au candidat de notre primaire», s’est-il expliqué, rappelant l’existence d’études qui ont montré des reports de voix possiblement plus importants sur François Hollande que sur Nicolas Sarkozy si François Bayrou se présentait au premier tour.

«Je connais Hollande, il est capable de remporter des batailles politiques difficiles», a quant à lui estimé Julien Dray, invité de la deuxième partie d’émission (ci-dessous). Le conseiller régional PS d’Île-de-France a également réitéré son opposition à la déchéance de nationalité: «J’ai été de tous les combats contre la loi Pasqua sur le droit du sol. On ne peut pas se renier et tirer un trait comme ça».

Aude Lorriaux
Aude Lorriaux (226 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte