Les pilotes ne savent plus très bien voler en mode manuel

Cockpit d'un Boeing 747-8 | Andrey Belenko via Flickr CC License by

Cockpit d'un Boeing 747-8 | Andrey Belenko via Flickr CC License by

Un document du département des Transports des États-Unis a indiqué que la formation des pilotes américains ne les aidait plus à voler manuellement.

La technologie aide-t-elle les pilotes de ligne à faire leur travail? Le département américain des Transports a enquêté sur la question. Le rapport qui en découle, et repéré par le site Gizmodo, a pointé que, dans les cas où des problèmes techniques amenaient les pilotes à prendre le contrôle manuel de l’appareil, un manque de compétences avait été constaté, ce qui témoignait d’une «tendance inquiétante».

Si le rapport estime que les compagnies aériennes ont longtemps utilisé l’automatisation pour améliorer l’efficacité du pilote et réduire sa charge de travail, il donne des exemples d’accidents pour montrer que les pilotes peuvent commettre des erreurs lors d’un passage en mode manuel ou lors d’un événement inattendu. Comme lors du crash du vol 214 d’Asiana Airlines en juillet 2013

Alors que les pilotes avaient plus de 10.000 heures de vol chacun, l’enquête a conclu que la cause probable de l’accident (qui a fait trois morts) était une approche «mal gérée» de l’équipage. «Lors de cette enquête, nous avons appris que les pilotes doivent comprendre et commander l’automatisation, et non pas devenir trop dépendants d’elle», avait déclaré à l’époque Christopher Hart, président du Conseil national de la sécurité des transports.

Faille humaine

Parfois, c’est aussi lors d’un événement inattendu, comme par exemple le fameux vol Air France 447 Rio-Paris, qui a causé la mort des 228 personnes présentes dans l’appareil. L’enquête du BEA avait pointé une faille technique et humaine. Une défaillance des sondes présentes sur l’avion a provoqué le désengagement du pilotage automatique et le pilote «a appliqué des procédures exactement inverses à celles que l’on lui a apprises dès les premières heures de vol lors de sa formation de base», indiquait Le Point en 2012. Un incident sur un vol Air France Paris-Caracas en 2012 avait été imputé à une situation similaire.

Le rapport du département des Transports ajoute également, note Gizmodo, que la Federal Aviation Administration «n’a pas de processus pour veiller à ce que les pilotes de ligne soient formés pour utiliser et surveiller les systèmes d’automatisation tout en conservant une maîtrise dans le pilotage manuel».

Partager cet article