Pourquoi certains noms de pays sont-ils masculins et d'autres féminins?

Et pourquoi Israël n'a pas d'article?

Image de une: World Map, Flickr (CC, modifié) Norman B. Leventhal Map

- Image de une: World Map, Flickr (CC, modifié) Norman B. Leventhal Map -

Nous nous sommes rendus coupables de faute d'orthographe (1) il y a quelques semaines en mettant l'Iran au féminin. Vous nous avez corrigés (2) et grâce à vous nous nous sommes demandé (3): pourquoi l'Iran serait-il de genre masculin? Et pourquoi d'autres pays sont-ils féminins?

Les noms féminins

Les noms féminins constituent la plus large catégorie des noms de pays. Il y en a toute une série qui se terminent en "-ie": tous féminins. Cela correpond au latin "-ia", que l'on retrouve dans les langues romanes.

Il y a aussi des formes dérivées de cela: certains noms féminins en "-e" sont des déformations des féminins en "-ia" ou "-ie": l'Allemagne était par exemple Allemania et s'est déformée oralement; l'Espagne était auparavant Hispanie.

Toute une série de noms de pays sont devenus des noms de pays après avoir été des adjectifs. Quand ils étaient accolés à des noms féminins, en se transformant en nom, ils ont gardé leur genre. La Belgique aurait pu être la Belgie, puisque l'ethnonyme (nom d'ethnie) la précédait: il y avait les Belges, comme il y avait les Francs (qui donnèrent la France) avant la Belgique. Mais ce n'est pas devenu la Belgie parce que l'on est passé par la Gaule Belgique. Le mot Gaule est simplement tombé dans l'oubli. On n'a gardé que la Belgique. Il en va de même pour l'Argentine. Quand l'Etat s'est créé au XIXe siècle, on parlait de la République argentine. Et on n'a finalement gardé que l'adjectif.

La République dominicaine n'a pas de nom de pays: seulement un nom d'Etat. (La France est par exemple le nom de pays de l'hexagone, le nom de l'Etat officiel, reste République française). En créole, on parle de Dominicani: sur ce modèle a été proposée Dominicanie à la  «Commission de terminologie et de néologie» du ministère des Affaires étrangères (oui, cette commission existe), mais refusée. C'est parce que la République Dominicaine n'a pas de nom de pays qu'on l'appelle souvent par sa capitale: Saint-Domingue.

Les noms masculins

Les noms masculins sont moins courants. Ils doivent parfois leur genre au fait d'être des anthroponymes (noms de personnes). Avant d'être un Etat, Israël était surtout le nom donné à Jacob par Dieu, dans la Torah, après qu'ils se sont battus toute une nuit. (Israël signifie «celui qui a lutté avec Dieu» en hébreu). Israël ayant été un garçon, le pays garde le genre masculin.

Evidemment, s'il n'y avait pas d'exception ce serait trop facile. La Chine tire par exemple son nom de la dynastie Qin. On disait l'empire de Qin, on le prononçait «Tsin», puis c'est devenu Chine. Peut-être que le fait que le mot se terminait par un "e" a contribué à la féminisation, parce que culturellement le "e" est féminin. Ou peut-être pas.

En Afrique, beaucoup de pays sont masculins pour d'autres raisons. Plusieurs sont nommés d'après des fleuves, et les noms des fleuves ayant été masculins, les noms de pays le sont restés: c'est le cas du Sénégal et du Congo par exemple.

En outre, les pays africains sont souvent relativement jeunes (XXème siècle) et de plus en plus, les pays sont masculins. En général, à partir du XIXe siècle, c'est ce genre qui prime. C'est pour ça que même certains pays en «a» sont masculins: c'est que leur nom a été adopté récemment en français. Le Vénézuéla par exemple, (la petite Venise) a été introduit comme nom de pays au XIXème siècle, donc masculinisé. Idem pour le Nigéria (qui était féminin et a été masculinisé dans les années 70) le Botswana, Angola, le Libéria ou le Canada.

Qui tranche?

Récemment, la commission des affaires étrangères s'est occupée du Guyana. Le pays avait connu pendant plusieurs années une ambiguïté autour du genre grammatical de son nom; la commission a tranché en faveur du masculin. La Guyane anglaise est ainsi devenue officiellement le Guyana. S'il y a débat, pour trancher, la commission des affaires étrangères, qui soumet un avis au ministère qui décide, tient compte des articles qui précèdent le mot, du fonctionnement syntaxique, de l'harmonie sonore.

Israël

Et puis il y a Israël. Certes masculin, mais sans article. Cela vient du fait que le pays était sous mandat britannique, et que les noms de pays en anglais ne sont pas précédés d'article. Tous les traducteurs qui rencontraient Israël dans les textes copiaient ainsi la forme sans article. Du coup, la commission des affaires étrangères l'a validé tel quel.

Et l'Iran?

L'Iran fut longtemps la Perse. A la fin des années 20, les Pahlavi, dernière dynastie iranienne avant l'avènement de la République Islamique, décident d'imposer le nom arabe du pays, pour donner une connotation moderne: Iran. Le 21 mars 1935, Reza Shah Pahlavi publie un décret demandant aux pays étrangers de désigner ainsi le pays désormais. C'était le XXe siècle, la mode était déjà au genre masculin.

Merci à Ange Bizet, de la Commission nationale de toponymie et de la Commission de terminologie et de néologie du ministère des Affaires étrangères.

Charlotte Pudlowski

(1) Ce n'est pas la première fois. Désolés.

(2) Ce n'est pas la première fois. Merci.

(3) Vous vous posez une question sur l'actualité, envoyez-la à explication @  slate.fr

Image de une: World Map, Flickr (CC, modifié) Norman B. Leventhal Map

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
L'AUTEUR
Charlotte Pudlowski est journaliste à Slate.fr - culture notamment. Elle a travaillé à 20 Minutes, contribué à Snatch, Megalopolis et au World Policy Journal. La suivre sur Google+. Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
D'autres ont aimé »
Publié le 21/10/2009
Mis à jour le 22/10/2009 à 17h31
8 réactions